Militaires, ils sont spécialistes de la dissimulation, s'infiltrant au plus près de l'ennemi pour récolter de précieuses informations.
TF1 les a suivis lors d'un exercice.
Regardez cet étonnant reportage.

Impossible de les distinguer de la forêt environnante. Mais, eux, voient tout. En mission, la spécialité de ces militaires est de s'infiltrer derrière les lignes ennemies, sans être aperçus. Alors qu'ils partent pour un exercice de six jours en Alsace, accompagnés par notre équipe, ils ne peuvent qu'emporter avec eux le minimum vital : des rations de nourriture, une scie, un râteau et l'indispensable matériel qui sert à se dissimuler. Rien n'est laissé au hasard : chaque objet est soigneusement rangé à sa place, prédéfinie. 

L'itinéraire, présenté par le lieutenant Guillaume, chef de patrouille au sein du 2e régiment de hussards à Haguenau, est révélé avant le départ et doit être mémorisé, ainsi que leur trajet et leur position. Aucune carte ne peut être emportée. Ainsi, "si on se retrouve capturés par l'ennemi, il ne pourra pas récupérer d'informations sur cette carte", explique le lieutenant dans le reportage de TF1 à retrouver en tête de cet article. 

Indétectables

Les militaires se mettent en route vers leur cible à la nuit tombée, à savoir un aéroport dont ils doivent assurer la surveillance afin de comprendre son utilité pour l'ennemi. Pour rester discrets, au plus près de la ligne de front, les phares de leurs véhicules sont éteints et les rétroviseurs ôtés, ce qui leur permet d'éviter tout reflet de lumière et d'évoluer dans l'obscurité la plus totale. Les engins sont ensuite dissimulés avec soin. Les derniers kilomètres sont parcourus à pied, avec 60 à 70 kilos sur le dos. "La fatigue commence à se faire sentir", confie le lieutenant Guillaume. "Mais il faut que l'on reste sur nos gardes et les plus attentifs possibles". 

La mission est loin de s'arrêter là. Les coups de pioche sont donnés aux premières lueurs du jour pour installer leurs postes d'observation, alors que leur cible ne se trouve plus qu'à une centaine de mètres. "Il faut tout donner, quitte à se relayer entre nous, pour être enterrés au plus vite", indique l'un des militaires. Ils se glissent ensuite l'un après l'autre dans leurs caches et se fondent dans la nature. Une fois sous terre, il ne peuvent pas se tenir debout, disposent de moins d'un mètre carré chacun et ne peuvent sortir sous aucun prétexte. Ils se relaieront pendant six jours. Au plus près de l'ennemi et indétectables, eux seuls sont en capacité de collecter des informations détaillées et de les transmettre à leur commandement. Une fois la mission terminée, ils effaceront toute trace de leur passage, avant de s'évanouir dans la nature. 


Sarah BOUMGHAR | Reportage : Esther Lefebvre, Maud Gatineau

Tout
TF1 Info