Deux immeubles d'un quartier de Martigues (Bouches-du-Rhône) ont été évacués dans la nuit de samedi à dimanche.
Les locataires ont dû être relogés en urgence après l'apparition de fissures et un risque d’effondrement.
TF1 est allé à la rencontre des habitants choqués, qui ne pourront pas revenir habiter chez eux.

Seuls les pompiers et les experts peuvent désormais accéder à l'immeuble. Depuis ce week-end, des habitants d'un quartier de Martigues, dans les Bouches-du-Rhône, ne peuvent plus rentrer chez eux après l'apparition de fissures dans leurs logements.

"C'est très dangereux. Il y a des gros trous, on a été obligé de passer le pied et de sauter", témoigne dans le reportage en tête de cet article, Nathalie. Comme d'autres résidents, cette dernière était jeudi matin en attente de nouvelles dans un centre social, situé en face des immeubles évacués.

"Du jour au lendemain on se retrouve nus dehors"

Ces derniers n'étant plus habitables, les résidents ont été relogés chez des proches et à l'hôtel. Partis à toute vitesse, tous ont été contraints de laisser toutes leurs affaires sur place : "On a tout perdu. Du jour au lendemain on se retrouve nus dehors", déplore Noëlle. "Heureusement qu'il y a la générosité des gens. Grâce à eux, on a pu avoir un minimum d'affaires pour les enfants", ajoute-t-elle. 

TF1
TF1

Un sentiment partagé par un couple relogé à l'hôtel, qui a du se résoudre, dans l'urgence, à abandonner quarante ans de souvenirs dans son appartement. "Tout ce que nos enfants nous ont fait petits, les photos de mes parents, les photos de mes grands-parents, tout ça on ne peut pas le racheter", confie la mère de famille, les larmes aux yeux. 

"À 11h40, il y a eu un 'pam' !"

Pour rappel, dans la nuit de samedi à dimanche, 150 personnes ont dû être évacuées de deux immeubles abritant des logements sociaux à Martigues. En cause : les fissures déjà présentes depuis au moins cinq mois, qui se sont subitement agrandies. 

"À 11h40, il y a eu un 'pam' !", se souvient un des habitants. "Il y avait 20 centimètres de vide entre les escaliers et le mur. Impressionnant ! J'ai regardé, on voyait le vide jusqu'en bas", détaille un voisin, qui a eu la peur de sa vie.

La ville a pris en charge les locataires avec un fonds de solidarité d'urgence, en attendant qu'ils puissent récupérer leurs affaires chez eux. "Il y a des travaux de sécurisation, qui permettent de consolider le bâtiment, éviter l'évolution des fissures, rendre possible l'intervention de l'entreprise pour désamianter", a de son côté précisé le maire de Martigues Gaby Charroux. 

Le bâtiment sera détruit après le désamiantage.


M.T TF1 | Reportage Pauline Lefrançois, Emmanuelle Binet

Tout
TF1 Info