DÉCONFINEMENT - Après six mois de vie au ralenti, les Français peuvent à nouveau se restaurer ou boire un verre en terrasse. Mais certains en oublient les gestes barrières et le couvre-feu à 21h. Quelles règles s'imposent aux clients et aux restaurateurs ?

Après six mois de fermeture et un hiver gâché par un Covid meurtrier, la France a retrouvé mercredi 19 mai une partie de ses loisirs et un peu de liberté, sur fond de recul de l'épidémie. Mais à Rennes, par exemple, plusieurs centaines de fêtards ont bravé le couvre-feu, contraignant les pompiers à intervenir pour éteindre un feu de palettes. Face à ces débordements et à un engouement certain du public pour la réouverture des terrasses, le Premier ministre Jean Castex a lancé jeudi à Blois un "appel à la responsabilité" des Français. Et cela passe par certaines règles à suivre, notamment pour les restaurateurs.

Quelle est l'heure de la dernière commande ?

Il n'existe aucune convention en la matière. En témoignent les consignes données aux restaurateurs par la principale organisation patronale : masque obligatoire pour se déplacer, service à table uniquement ou encore six clients par table maximum, mais rien sur l'heure de la dernière commande. Tout repose sur le bon sens des gérants. "Ça coule de source. Il y a le couvre-feu à 21h, donc l'exploitant doit avoir vidé sa terrasse. C'est exactement la même chose quand un arrêté préfectoral est à minuit ou 1h du matin. 1/4 d'heure avant, il faut avoir vidé l'établissement", souligne Laurent Lutse, président de l'UMIH (cafés, brasseries, établissements de nuit).

Pourtant par exemple, mercredi soir, dans un restaurant du quartier latin à Paris, on pouvait observer une longue file d'attente pour payer à quelques minutes du couvre-feu, tandis que des clients tardaient à partir. Résultat, le lendemain, la responsable a décidé d'apporter l'addition plus tôt :"Tout le monde a payé au même moment. Les gens étaient très sympas. À 20h45, ils ont demandé l'addition. Je vais désormais la donner plus tôt", Anne-Marie Affret.

Quelles sanctions pour les établissements ?

Les restaurateurs risquent une amende allant de 500 à 7500 euros si leurs clients sont encore en place l'horaire du couvre-feu dépassé. En cas de récidive, c'est la fermeture administrative que risque l'établissement. "Les restaurateurs sont des professions réglementées et ils peuvent perdre leur droit d'exploiter leur débit de boissons ou leur restaurant s'ils ne respectent pas les règles", explique le commissaire Charles Barion, chef du service de la voie publique à Lille. Mais les commerçants ne sont bien sûr pas les seuls à devoir s'adapter au couvre-feu.

Que risque un client après 21h ?

La réouverture des terrasses ne change rien : que vous soyez attablé ou sur le chemin de votre domicile, sans attestation, l'amende est de 135 euros. Et s'il faut le préciser, profiter des terrasses ne fait pas partie des motifs impérieux.


V. F

Tout
TF1 Info