Le 20h

VIDÉO - Une France à deux vitesses : la carte des 37 départements revenus aux 90 km/h

V. F - Reportage : TF1 - S. Chevallereau, S. Agi, L. Merlier
Publié le 8 décembre 2021 à 11h00
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

MARCHE ARRIÈRE - Depuis l'abaissement de la vitesse à 80 km/h sur les routes secondaires, trente-sept départements ont fait le choix de repasser aux 90 km/h. On fait le point.

Ils sont désormais 37 départements à avoir franchi le pas du retour aux 90 km/h sur certaines de leurs routes hors agglomération. Il faut dire que l'abaissement en juillet 2018 de 90 à 80 km/h de la vitesse maximale, sur les routes secondaires à double sens sans séparateur central, où se concentrent les accidents mortels, avait été suivi de fortes protestations. Résultat, fin décembre 2019, la Loi d'orientation des mobilités avait offert aux départements une possibilité de déroger à ces 80 km/h, après avis de la commission départementale de la sécurité routière sur chacune des sections de route concernées.

Ces départements qui ont fait marche arrière, sur lesquels le 20H de TF1 se penche dans la vidéo en tête de cet article, sont surtout "à dominante rurale et ayant une faible densité de population", relève un rapport adressé par le ministère de l'Intérieur aux parlementaires. Au total, ce sont ainsi 33.428 kilomètres de routes qui sont concernés, sur des portions allant de 5.284 kilomètres, dans l'Allier, à 22 kilomètres dans le Haut-Rhin. Voici la liste complète des départements concernés : l'Allier, l'Aube, l'Aveyron, le Calvados, le Cantal, la Charente, la Charente-Maritime, le Cher, la Corrèze, la Côte-d’Or, la Creuse, la Dordogne, l'Eure-et-Loir, l'Hérault, l'Indre, l'Indre-et-Loire, le Jura, la Haute-Loire, la Haute-Marne, les Hautes-Alpes, le Loir-et-Cher, le Loiret, la Lozère, le Maine-et-Loire, la Marne, la Mayenne, les Hautes-Pyrénées, l'Orne, le Bas-Rhin, le Haut-Rhin, la Sarthe, la Seine-et-Marne, les Deux-Sèvres, le Tarn, la Vienne, la Haute-Vienne et les Vosges

Mais cette France qui roule à deux vitesses est parfois difficile à suivre pour les automobilistes. Sur une départementale d’Eure-et-Loire, par exemple, la vitesse est limitée à 90 km/h, mais deux kilomètres plus loin, en passant dans les Yvelines, c’est 80 maximum. "On ne sait plus trop sur quel pied danser", s'offusque un conducteur dans le JT de 20H de TF1 en tête de cet article. "Je trouve ça un peu ridicule. Il valait mieux faire tout à 80 ou tout à 90", renchérit une jeune femme. 

Quels effets sur la mortalité routière ?

Un premier rapport publié en juillet 2020 avait affirmé que la réduction de la vitesse autorisée avait permis d'épargner 349 vies sur 20 mois et d'économiser 700 millions d'euros par an (diminution des accidents, moindre consommation de carburant), pour une durée de trajet allongée de seulement une seconde par kilomètre en moyenne. Alors, ce retour aux 90 km/h a-t-il eu un effet négatif sur la mortalité routière ? 

En Haute-Marne, premier département à avoir abandonné les 80 km/h, sur 20% de son réseau routier, les élus sont plutôt rassurés. "Le retour à 90 sur 1000 kilomètres de routes départementales n'a pas montré plus d'accidents et surtout plus de morts sur les routes du département de la Haute-Marne", explique Nicolas Lacroix, président du conseil départemental de la Haute-Marne. En effet, sur ces routes, on compte 18 accidents en 2019 contre 15 en 2020, année du retour au 90 km/h. 

Lire aussi

Une tendance qui se confirme dans plusieurs départements concernés. Mais attention, les confinement à répétition ont entraîné une nette baisse de la circulation l’année dernière. Il faudra donc attendre les chiffres de 2021 pour avoir une idée plus juste des effets du retour au 90 km/h.


V. F - Reportage : TF1 - S. Chevallereau, S. Agi, L. Merlier

Tout
TF1 Info