VIDÉO - Salon de l'Agriculture : les images de l'ouverture mouvementée de la 60ᵉ édition

par La rédaction de TF1info | Reportage : Bastien Augey
Publié le 24 février 2024 à 15h36

Source : JT 13h WE

La matinée a mal commencé au premier jour du 60ᵉ Salon de l'agriculture.
Des manifestants ont forcé les grilles de l'entrée principale, et se sont heurtés aux nombreux CRS déployés.
Une atmosphère bien loin de l'image habituelle de la "plus grande ferme de France".

Il n'est pas encore huit heures et le salon n'a pas encore ouvert ses portes, mais des syndicalistes forcent l'entrée, comme on peut le voir dans la vidéo de TF1 en tête de cet article. Ils veulent interpeller Emmanuel Macron qui, lui, est arrivé sur le site par une autre porte. À l'intérieur, les tensions sont telles qu'une clôture s'effondre, sous les yeux de l'exposant et de ses bêtes. Les CRS contiennent comme ils peuvent les manifestants, pendant que le président français s'adresse aux journalistes dans une zone sécurisée.

Un peu plus loin, certains démontent un stand aux couleurs de l'Union européenne. La police interpelle une poignée de ces militants, pour la plupart issus de la FNSEA, des Jeunes Agriculteurs, et de la Coordination rurale. Ce samedi matin, leur colère semble se focaliser sur le débat annulé avec les organisations syndicales, furieuses de la participation annoncée des écologistes radicaux des Soulèvements de la Terre.

Le grand débat qui fâche

Devant la presse, Emmanuel Macron a démenti avoir jamais envisagé de les inviter. "Et vous parlez au président de la République qui a assumé de faire passer en Conseil des ministres la dissolution des Soulèvements de la Terre", a-t-il ajouté, une décision qui avait ensuite été retoquée par le Conseil d'État. La présence du mouvement écologiste avait pourtant bien été évoquée par l'Élysée lors de l'annonce du grand débat, et les Soulèvements de la Terre affirment avoir été approchés.

Emmanuel Macron veut tout faire pour calmer la colère des syndicats. Il est donc venu au Salon avec de nouvelles annonces, notamment un prix plancher sur les produits agricoles, refusé par le gouvernement jusqu'ici. Un nouveau geste pour essayer de calmer le jeu avant d'improviser, malgré tout, un débat avec des représentants syndicaux. 


La rédaction de TF1info | Reportage : Bastien Augey

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info