SÉCURITÉ ROUTIERE - Chaque semaine en moyenne, un véhicule de patrouilleur d'autoroute est impliqué dans un accident. Pour éveiller les consciences, une exposition choc interpelle les automobilistes au bord de l'A10.

Impossible de ne pas remarquer ces trente-deux carcasses de véhicules broyés si vous passez par le péage de Saint-Arnoult-en-Yvelines, sur l'A10, en ces vacances de la Toussaint. Tous sont des véhicules de patrouilleurs percutés par des conducteurs peu vigilants, installés ici pour sensibiliser aux risques encourus par les hommes et femmes en jaune qui veillent sur les autoroutes. 

Déjà visible cet été, notamment sur l'A7, l'exposition qui durera jusqu'au 2 novembre produit son effet sur les automobilistes de passage. "On dirait que c'est un camion qui les a écrasés", "s'étonne un jeune garçon dans le reportage du 13H de TF1 en tête de cet article. "C'est quand on est sur le terrain et qu'on les voit de face que ça interpelle énormément, ça fait réfléchir", embraye son père.

Retirer des débris sur les voies, réaliser des travaux d'entretien, les patrouilleurs se retrouvent régulièrement dans des situations dangereuses en bord de route. Et l'accident survient souvent à cause d'un défaut d'attention des automobilistes. "Les causes principales ça peut être la fatigue, qui entraîne une inattention, et tous les objets multimédias, téléphones, GPS, etc, qui font que quand on a les yeux dessus, on n’a pas les yeux sur a route. Et c’est dans ces cas-là que ça tape", explique à TF1 Emmanuel Soula, agent routier. 

Un de ses collègues témoigne de l'accident qu'il a lui-même subi, heureusement sans dommages physiques : "Au moment où je m’apprêtais à descendre, je me suis fait heurter par un poids-lourd qui m’a arraché tout le côté gauche. Il ne s’est pas arrêté, raconte Pascal Hebras. Je suis resté tétanisé dans mon fourgon avant de reprendre mes esprits : je n’étais pas blessé mais le choc a été tellement violent… Je suis resté deux-trois minutes dans le fourgon avant de pouvoir réagir et d’aller ramasser tous les débris que j’avais sur les voies".

En moyenne, un fourgon d'intervention est percuté chaque semaine sur l'autoroute. Depuis le début de l'année, ce sont 32 véhicules de patrouilleurs qui ont été impliqués dans des accidents sur le réseau VINCI Autoroutes.


La rédaction de TF1 -LCI

Tout
TF1 Info