Le 13H

Service Public +, une plateforme qui vous permet de faire la chasse au charabia administratif

Publié le 28 janvier 2021 à 18h10
JT Perso

Source : JT 13h Semaine

JARGON - Un citoyen sur deux estime que les démarches administratives sont trop compliquées dans l'Hexagone. Pour y remédier, le gouvernement vient de lancer une plateforme qui permet de signaler les formulations complexes ou incompréhensibles utilisées par les fonctionnaires.

Elles sont sources d’incompréhensions, voire de malentendus, et constituent bien souvent une perte de temps pour l'usager comme l’administration. Depuis ce jeudi, une plateforme, accessible depuis le site service-public.fr, permet aux Français d'évaluer les services publics et de signaler les formulations complexes ou incompréhensibles utilisées par les fonctionnaires. Dans ce monde fait de sigles, d’acronymes, de formulations obscures et d’explications alambiquées, pas toujours simple de s’y retrouver. 

Simplifier les démarches administratives des usagers est une chose, les rendre compréhensibles par tous en est une autre. 

Avec sa plateforme Service Public +, le gouvernement entend donc y remédier en mettant les Français à contribution. Concrètement, deux possibilités s’offrent à vous : "Racontez une expérience" permet de partager une expérience, bonne ou mauvaise, suite à un contact avec une administration, tandis que "Envoyez un document" vous propose de signaler un document administratif lorsque celui-ci est jugé trop compliqué. À l'image de celui ci-dessous, donné en exemple sur le site :

SERVICE-PUBLIC.FR

Pour vous aider, le site liste plusieurs exemples, comme un "jargon administratif peu compréhensible", une "demande illogique car redondante", un "formulaire dense et compliqué" ou encore un "motif du refus non expliqué". 

Lire aussi

Des équipes seront ensuite chargées, à chaque échelon administratif et en fonction des demandes, de répondre aux remarques. En parallèle, une commission de suivi réunissant des responsables des administrations, des élus locaux et des parlementaires, se réunira tous les trois mois pour faire un point. Si les syndicats de la Fonction publique saluent l'initiative, ils soulignent également le risque d'"administration bashing". "Attention à l'aspect évaluation. Ce qui m'importe, c'est qu'on ne puisse pas mettre en cause un agent personnellement", prévient Luc Farré, le secrétaire général de l'Unsa-Fonction publique, cité par Le Parisien.


La rédaction TF1 Info

Tout
TF1 Info