Coronavirus : l'impact économique de la pandémie

Ski : comment les stations se diversifient

Publié le 5 février 2021 à 20h23, mis à jour le 5 février 2021 à 22h42
JT Perso

Source : JT 20h WE

L'essentiel

Les stations sont privées de ski alpin cette année. Mais d'autres ont bien des atouts pour ceux qui ont envie de se rouler dans la neige.

Le parc suspendu de 7 000 mètres carrés est le seul ouvert en hiver dans l'Hexagone. C'est la nouveauté et le succès de la saison de la station des Aillons. Le tarif est de 5,5 euros pour les enfants et 11 euros pour les adultes. Ce ne sont pas les recettes des forfaits des skis alpins, mais cette nouvelle activité a attiré près de 20 000 personnes l'été dernier.

L'agglomération de Chambéry a investi 700 000 euros dans ce parc. C'est dix fois moins cher qu'un télésiège. Comme dans les autres stations, vous pouvez aussi chausser les skis de randonnée ou les raquettes. Mais ce village de moyenne montagne mise surtout sur des activités quatre saisons, moins dépendantes de la neige.

Du côté des hébergements, c'est plutôt des chalets ou des logements insolites. La nuit coûte 240 euros pour une famille et les réservations sont complètes, jusqu'à six mois à l'avance. La clientèle habite en général à moins de 300 mètres et revient régulièrement. Les visites de la ferme sont en libre accès. Ce type de séjour en montagne reste malgré tout beaucoup moins rentable pour une station qu'une offre touristique centrée sur le ski alpin.