La flambée des prix de l'énergie

Sobriété énergétique : comment les appareils connectés font bondir votre consommation

Maëlane Loaëc | Reportage TF1 : Fabien Chadeau, Marine Poujol et Agathe Fourcade
Publié le 15 juillet 2022 à 17h32
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

Jeudi, Emmanuel Macron a appelé les Français à faire des efforts pour mieux maîtriser leurs dépenses en énergie.
Parmi les appareils qui alourdissent la facture, les objets reliés en réseau, de plus en plus nombreux dans nos foyers.
Box internet, écrans en veille et connexions permanentes demandent beaucoup d'énergie.

"On doit rentrer collectivement dans une logique de sobriété" : le ton a été donné jeudi par Emmanuel Macron lors d'une interview à TF1 et France 2 à l'occasion du 14-Juillet. Le chef de l'État a annoncé qu'"un plan pour se mettre en situation de consommer moins" était sur les rails, alors que la France vit sous la menace d'une coupure du gaz russe et doit "accélérer la réponse" à la crise du réchauffement climatique. Mais comment atteindre cette fameuse sobriété ? En commençant déjà par traquer les dépenses d'énergie superflues, et notamment celles des objets connectés. 

Si tablettes, smartphones et autres appareils reliés au réseau permettent d'économiser des frais de déplacement par exemple, multiplier les supports que l'on relie en réseau peut devenir très énergivore. Le multimédia et l'informatique représentent en moyenne déjà 13,5% de la consommation des ménages français, précise dans un livret pratique datant de 2019 l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe). 

Avec beaucoup moins d'appareils, près de 300 kWh par an d'économies

Celle-ci met donc en garde contre la tendance au suréquipement. Une famille utilisant une télévision, une tablette et une "box Internet" consommerait 400 kWh/an, contre 700 pour une famille très équipée, qui disposerait en plus d'un ordinateur fixe et d'un ordinateur portable, d'un smartphone, d'une console de jeu, d'un lecteur de CD et d'une imprimante. Ces dernières estimations en date remontent à 2015, et les chiffres ont très probablement flambé depuis, avec le succès grandissant de nouveaux objets, comme des enceintes ou des montres connectées.

D'autant que depuis la crise sanitaire, le phénomène s'est accéléré : "entre 2015 et 2019, la consommation d'énergie mondiale du secteur numérique a augmenté de 6,2% par an", selon l'Institut polytechnique de Paris. En 2010, on comptait environ un milliard d'objets connectés dans le monde, un chiffre qui devrait bondit à 50 milliards en 2025 et 100 milliards en 2030.

Le débit Internet lui-même peut aussi peser sur la facture. La "box", que comptent de nombreux foyers, reste souvent allumée en continu, de jour comme de nuit, et peut ainsi consommer entre 150 et 300 kWh/an, selon une étude de l'Ademe et de l'association 60 millions de consommateurs. Soit une consommation qui équivaut sur un an à celle d'un lave-linge au mieux, d'un grand réfrigérateur au pire.

Lire aussi

Attention également aux "consommations cachées". Applications toujours activées, mises à jour constantes, suivi de certaines activités, communication avec d'autres appareils : sursollicitées, les batteries se vident rapidement, en particulier pour les téléphones mobiles. "Beaucoup de services connectés nécessitent des connexions quasi permanentes et consomment donc de l'énergie en continu", résume l'Ademe.

Sans compter les veilles, qui grignotent aussi de l'énergie. "Allumé toute l'année, 24 h/24, un seul ordinateur peut coûter jusqu'à 100 euros d'électricité par an", d'après l'agence. Depuis 2017, une directive européenne limite la puissance de ces veilles, mais les objets connectés à Internet ou des réseaux de données bénéficient un seuil de tolérance : 3 W, contre 0,5 W pour de nombreux autres appareils électroniques. 

Les bons réflexes pour limiter la consommation

Pour remédier au problème, l'Ademe recommande de limiter le nombre d'appareils connectés chez soi, et de soigneusement les choisir. Les ordinateurs portables consomment ainsi 50 à 80% d'énergie en moins par rapport aux postes fixes. C'est encore moins pour les tablettes. Privilégiez également des appareils multifonctions : une imprimante faisant aussi scanner et photocopieur a une consommation réduite de moitié par rapport à des appareils individuels. 

L'agence souligne aussi l'utilité des multiprises à interrupteur, en veillant bien à éteindre chaque équipement un à un avant de couper le courant sur l'ensemble d'entre eux. Des "coupe-veille" permettent de plus d'arrêter automatiquement l'alimentation d'objets qui lui sont connectés, avec une déclinaison sous forme de clé USB pour le matériel informatique : il stoppe la consommation de l'ordinateur et des périphériques auxquels il était relié, note l'association Que Choisir.

Quant aux gestes à adopter, il est conseillé d'éteindre les écrans d'ordinateur dès qu'on ne s'en sert pas pendant plus de 15 minutes. Et lorsque l'on recharge un téléphone par exemple, il faut retirer le chargeur de la prise dès que la charge est à 100%, sans quoi l'appareil continue à consommer, même avec une batterie pleine. 


Maëlane Loaëc | Reportage TF1 : Fabien Chadeau, Marine Poujol et Agathe Fourcade

Tout
TF1 Info