Syrie : quel suivi pour les mineurs et les femmes rapatriés en France ?

TF1 | Reportage B. Christal, H. Dreyfus, O. Cresta
Publié le 5 juillet 2022 à 20h16, mis à jour le 5 juillet 2022 à 21h49
JT Perso
Comment désactiver votre Adblocker
  • Cliquez sur l'icône de votre Adblocker installé dans votre navigateur. En général elle se trouve dans le coin supérieur droit de votre écran. Si vous utilisez plusieurs adblockers, veillez à bien tous les désactiver pour pouvoir accéder à votre vidéo.
  • Suivez les instructions indiquées par votre Adblocker pour le désactiver. Vous devrez peut-être sélectionner une option dans un menu ou cliquer sur plusieurs boutons.
  • Lorsque votre Adblocker est désactivé, actualisez votre page web.
  • Remarque : Si vous utilisez le navigateur Firefox, assurez-vous de ne pas être en navigation privée.
adblock icone
Un bloqueur de publicité empêche la lecture.
Veuillez le désactiver et réactualiser la page pour démarrer la vidéo.

Source : JT 20h Semaine

En tout, 16 femmes et 35 mineurs viennent d'être rapatriés en France.
Ils étaient détenus dans des camps en Syrie.
Que sait-on de ces personnes ? Pourquoi ont-elles été rapatriées ? Et comment seront-elles suivies ?

Ils sont arrivés ce mardi matin à l'aube en région parisienne. En tout, ce sont 16 femmes âgées de 22 à 39 ans, accompagnées de 35 enfants. Né en Syrie, le plus jeune a 2 ans. Le plus âgé a 17 ans, et il est né en France. Les 16 femmes ainsi que l'adolescent de 17 ans ont été, soit présentés à un juge, soit placés en garde-à-vue.

Selon les explications de Jean-Charles Brisard, président du Centre d'analyse du terrorisme, ces femmes ont des profils très différents. Certaines ont simplement suivi leur mari djihadiste avec leurs enfants, alors que d'autres ont adhéré à l'idéologie du groupe terroriste, mais ont été également impliquées dans ses opérations.

Ils reviennent en France, car les évasions de prisonniers se multiplient en Syrie. Il est donc urgent de juger les adultes avant qu'ils ne s'échappent. Par exemple, parmi les femmes rapatriées, se trouve Émilie König, 37 ans. Elle est soupçonnée d'avoir joué le rôle de recruteur pour Daesh.

Au sujet de contrôles qui seront effectués sur ces personnes, les adultes seront incarcérés à la prison pour femme de Rennes. Les enfants séparés de leur mère, eux, sont déjà pris en charge par l'aide sociale à l'enfance. Après une évaluation de deux à trois mois, ils rejoindront des familles d'accueil volontaires. Ils pourraient ensuite retrouver leur famille d'origine d'ici un à deux ans.


TF1 | Reportage B. Christal, H. Dreyfus, O. Cresta

Tout
TF1 Info