Impact positif

Fléau des mégots : les cigarettiers vont devoir payer

Léa LUCAS avec TF1
Publié le 9 juillet 2021 à 11h46
JT Perso

Source : TF1 Info

POLLUEUR-PAYEUR - Des milliards de mégots finissent chaque année par terre dans les rues des grandes villes françaises. Le gouvernement veut faire assumer le coût du nettoyage aux cigarettiers.

Ils se sont transformés en véritable fléau. Chaque année, 23 milliards de mégots de cigarettes se retrouvent dans la rue. "Tant qu'il y a des fumeurs, il y aura des mégots", déplore un agent d'entretien de Landerneau (Finistère) dans le reportage de TF1 ci-dessus. Un mauvais réflexe qui coûte cher aux communes. Si bien que la municipalité alsacienne d'Obernai a décidé de mettre en place une amende de 1000 euros. Un montant spectaculaire, dont TF1 se faisait l'écho dans un reportage diffusé début juillet. 

À plus grande échelle, le financement du nettoyage des mégots devrait quant à lui bientôt être à la charge des cigarettiers. La ministre de la Transition écologique Barbara Pompili a en effet promis jeudi 8 juillet, sur RTL, la mise en place d'"une filière pollueur-payeur" dotée d'un "organisme qui va collecter de l'argent auprès des fabricants de tabac pour le redistribuer en finançant le ramassage, les distributions de cendriers ou encore les opérations de communication".

"Au-delà de l'impact environnemental, il y a un impact financier", déplore de son côté Viviane Bervas, adjointe au maire de Landerneau, chargée de la transition écologique. "Tout ce qui n'est pas ramassé dans les cendriers doit être balayé par terre avec le reste. Cela signifie qu'il faut faire un tri assez fin pour transporter tout ça dans une usine de recyclage", explique l'élue, dans le reportage en tête de cet article. Dans sa ville, estime-t-elle, 5 millions de mégots sont jetés tous les ans, soit un budget d'en moyenne 1000 euros par habitant pour lutter contre cette pollution urbaine qui termine sa course dans la rivière. "On préfèrerait mettre cet argent ailleurs", peste-t-elle.

2 milliards de mégots par terre chaque année à Paris

Paris bat tous les records avec 2 milliards de mégots écrabouillés dans ses rues, soit 350 tonnes par an. Vient ensuite Marseille avec 500 millions de mégots, puis Lille avec 100 millions. "Dans une ville comme Bordeaux, nous avons collecté en 2020 près de 2 millions de mégots de cigarettes", complète Bastien Lucas, gérant du service de tri et de recyclage "Mego!" à Bourg-Blanc (Finistère), tout en pointant du doigt de grands bacs débordant de filtres de cigarettes. 

Son entreprise récupère les déchets ramassés dans une centaine de communes françaises. Ils y sont triés, dépollués, séchés, broyés puis transformés en plaques. "Plutôt que de les incinérer et de polluer l'atmosphère à cause des effets de serre, autant en faire du mobilier urbain" comme des bancs, des tables ou encore des tabourets, détaille le patron.


Léa LUCAS avec TF1

Tout
TF1 Info