VIDÉO - "Un encouragement bienveillant": une commune de Seine-et-Marne interdit le portable dans l'espace public

par F.R | Reportage TF1 Yann Hovine et Clément Biet
Publié le 4 février 2024 à 7h30

Source : JT 20h WE

En Seine-et-Marne, le maire de la commune de Seine-Port a décidé de résister à la toute puissance du smartphone.
Les habitants ont été appelés aux urnes et se sont prononcés pour l'interdiction du téléphone dans l'espace public.
C'est une première en France.

Seine-Port est désormais une "commune sans écrans". Les électeurs de la petite commune de Seine-et-Marne ont été appelés aux urnes ce samedi 3 février pour se prononcer pour ou contre une limitation de l'utilisation du smartphone dans l'espace public. Résultat : ils ont été 54% à voter en faveur de l'interdiction des téléphones.

"C'est important de se mobiliser pour les enfants et de lutter contre les écrans", témoigne pour le 20H de TF1 une mère de famille. "Aujourd'hui, on voit tout le monde sur les écrans, moi y compris. C'est pour sensibiliser", ajoute un votant. Tout le monde ne partage pas cet avis. "Il y a plein d'autres manières à nous aider à réduire les écrans", juge une adolescente.

C'est un encourageant bienveillant les uns pour les autres
Vincent Paul-Petit, maire LR de Seine-Port

C'est la première fois en France qu'une commune s'engage contre la surexposition aux écrans. Dans le détail, cette charte communale interdit le smartphone dans "les commerces, devant les écoles, dans les parcs ou marchant sur les trottoirs car c'est dangereux", comme le détaille Vincent Paul-Petit, maire LR de Seine-Port. "Il n'y aura pas de sanctions, c'est un encourageant bienveillant les uns pour les autres", explique l'édile.

Si les verbalisations sont exclues, le maire veut encourager ses administrés à échanger davantage entre eux, en l'absence d'écrans. Un problème que les professionnels de santé constatent de plus en plus. "Je constate régulièrement que c'est une source d'embrouilles assez phénoménale dans les familles françaises", expose Clémence Prompsy, psychologue. Cette dernière conseille d'"identifier les applications les plus chronophages", d'instaurer "une journée sans écran" et de "booster les vraies relations".

Pour lutter contre cette surexposition aux écrans, de nombreux commerces proposent déjà des avantages à leurs clients démunis de smartphones : cafés gratuits, ateliers avec les enfants...

Une problématique dont s'est emparée le gouvernement : un groupe d'experts rattaché à l’Élysée est chargé d'évaluer l'impact des écrans sur les jeunes. Il proposera "des recommandations de régulation" chez les enfants et des mesures d'accompagnement pour les adultes, comme l'a annoncé la ministre de la Santé Catherine Vautrin. Selon une enquête Ifop pour la Fondation pour l'Enfance réalisée en novembre, 71% des parents des enfants de moins de six ans ont constaté des effets négatifs sur le comportement de leur progéniture avec l'exposition aux écrans. 


F.R | Reportage TF1 Yann Hovine et Clément Biet

Tout
TF1 Info