La maire d'Avallon (Yonne), mise en examen pour trafic de stupéfiants, a passé sa première nuit en prison.
Cela fait beaucoup réagir les habitants qui se demandent exactement ce qui est reproché à leur élue.
Ces derniers semblent déconcertés.

"On est surpris". Depuis la mise en examen de la maire d'Avallon pour détention de stupéfiants et complicité de trafic et son placement en détention, ce mercredi 10 avril, les habitants de cette commune de 6000 habitants n'en reviennent toujours pas. Dimanche 7 avril, les enquêteurs ont découvert dans plusieurs maisons de la ville, dont celle de l'élue, 70 kilos de cannabis, un kilo de cocaïne, 7 000 euros en liquide et deux lingots d'or. "Ca fait toujours un choc", réagit notamment une citadine dans le reportage en tête de cet article. "C'est assez impressionnant dans une si petite ville qu'il se passe ça", lance une seconde  tandis qu'un autre habitant réclame la présomption d'innocence.

Sur le marché d'Avallon, ce jeudi matin, les habitants rencontrés se montraient eux aussi déconcertés. "Je suis sidérée", avait notamment expliqué une habitante aux équipes du journal de 13h. "On était choqués parce qu'on ne s'attendait pas à ça au final", abondait une seconde.  

Dans le cadre de l'enquête en cours, la mairie et la pharmacie où travaillait la maire, Jamilah Habsaoui, ont également été fouillées. Son employeur se dit abasourdi. "C'est une bonne préparatrice, elle est appréciée de la clientèle, il n'y avait pas de raison, en tout cas en ce qui nous concerne d'imaginer quoique ce soit à ce niveau là", explique Antoine Guibourt, pharmacien.

Toujours présumées innocentes, six personnes sont mises en examen, la maire et, notamment, deux de ses frères. Par la voix de son avocat, l'un d'entre eux reconnaît avoir caché la drogue et dédouane sa sœur. Elle n'était, selon lui, pas au courant de ce trafic. L'élue n'aurait donc pas vu la drogue cachée dans la dépendance, une version jugée non-crédible par une source proche du dossier. Le père de la maire, âgée et diminué, vit également dans cette maison. L'élue et les autres accusés encourent une peine de dix ans d'emprisonnement.


La rédaction de TF1 Reportage - Julien Cressens, Nadia Hadj Bouziane, Grégory Martin

Tout
TF1 Info