TÉMOIGNAGES - Ces Français proches de la retraite qui doivent revoir leurs projets

par Marius BOCQUET TF1 | Reportage Emilie Spertino, Guillaume Richaud
Publié le 18 janvier 2023 à 11h19, mis à jour le 18 janvier 2023 à 13h33

Source : JT 20h Semaine

Des Français qui s'apprêtaient à partir très prochainement à la retraite vont devoir travailler quelques mois de plus avec la réforme du gouvernement.
Plusieurs de ces salariés dépités témoignent auprès de TF1.

La réforme des retraites va bousculer très rapidement les plans de certains Français : ceux qui sont nés au début des années 1960, et qui s'apprêtaient à partir bientôt à la retraite, vont finalement devoir travailler quelques mois de plus, les changements annoncés par le gouvernement devant entrer en vigueur dès septembre prochain. Un surplus qui bouleverse leurs projets d'avenir.

Un appartement au bord de la mer pour passer l'hiver : c'était le rêve de Martine Colin, employée de banque. À 61 ans, elle devra sans doute travailler six mois supplémentaires avec la réforme des retraites. "J'en parlais beaucoup à mes collègues, à mon entourage. Puis du jour au lendemain, boom, on vous apprend que vous allez partir bien après en fait....", regrette-t-elle.

Philippe, son mari, est encore plus impatient, car cela fait six ans qu'il est à la retraite. "Ma femme a cinq ans de moins, donc c’était normal que j’attende un peu. Mais bon, maintenant il est temps quoi", s'agace-t-il. "C'est le projet de notre vie, on a toujours dit qu'on partirait dans le Midi en hiver pour profiter du soleil. On a travaillé toute notre vie", raconte-t-il.

Toute une organisation à revoir

Professeur au lycée, Philippe Marchal espérait lui aussi partir plus tôt à la retraite. À 60 ans, il devra peut-être travailler deux ans supplémentaires. Bénévole dans une association pour le don du sang, il comptait s'investir à temps plein. La réforme bouleverse ses plans. "C'était quasi entériné, du coup tout est repoussé", déplore-t-il. "C'est dommage d'attendre des mois et des mois pour aider les patients et famille de patients".

Pour d'autres, c'est toute une organisation familiale à revoir. Marie-Hélène, 59 ans, technicienne, pourrait travailler un an et six mois de plus. Sa retraite, elle comptait la prendre le plus tôt possible pour s'occuper de sa mère âgée qui vit à plusieurs centaines de kilomètres d'elle. 

"On se voit de temps en temps, mais les personnes âgées, on ne peut pas s'en occuper que le week-end ou les vacances. Chaque année qui passe est importante", affirme Marie-Hélène. Elle espère qu'après la mobilisation du jeudi, le gouvernement fera marche arrière.


Marius BOCQUET TF1 | Reportage Emilie Spertino, Guillaume Richaud

Tout
TF1 Info