Covid-19 : le défi de la vaccination

Tests antigéniques : les règles sont-elles toujours respectées sous les tentes de dépistage ?

Publié le 20 août 2021 à 18h18
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

COVID-19 - Depuis l'entrée en vigueur du pass sanitaire, 5,7 millions de tests ont été réalisés en France. Deux tiers d'entre eux sont des tests antigéniques. Mais les règles sont-elles toujours respectées sous les tentes de dépistage installées dans la rue ?

Des tentes installées à chaque coin de rue, à proximité des bars très fréquentés ou des grands magasins. Avec la pandémie, les tests sont devenus un acte incontournable de la vie quotidienne. Et depuis l'extension du pass sanitaire dans l'Hexagone, le nombre quotidien de tests - notamment antigéniques - a encore augmenté. Oui mais voilà, les règles sont-elles toujours bien respectées dans ces "barnums" spécialement sortis de terre ? 

Face à la demande accrue de dépistage, le gouvernement a récemment étendu le profil des préleveurs. Désormais, outre les étudiants en santé, ce sont des jeunes de tous les horizons qui peuvent manier l'écouvillon. TF1 s'est par exemple entretenu avec trois élèves en gestion, mécanique ou encore mathématiques. "C’est une petite formation d'une journée ou deux. Je pense que le geste n’est pas bien compliqué. Il y a juste quelques normes à respecter, tout ce qui est masques, distanciations, gants", glisse l'un d'entre eux dans la vidéo en tête de cet article. 

Payés 15 à 20 euros de l’heure, les étudiants ne sont toutefois pas autorisés à donner les résultats du dépistage. "On n'est pas habilités à interpréter. En tant qu’étudiant, on peut simplement réaliser les tests. Pour l’interprétation, cela se passe auprès des pharmaciens", confirme Lyna Tcheboun, en formation de kinésithérapie. Ce sont les pharmaciens qui valident le résultat, obtenu après une dizaine minutes d'attente, et délivrent le précieux QR code. 

Néanmoins, les pharmacies sont parfois situées à plusieurs centaines de mètres du lieu de prélèvement, ce qui permet à certains praticiens, pour qui cela représente une manne importante, de multiplier les barnums. Une pratique bien légale car selon les textes, la présence du pharmacien n’est pas obligatoire durant tout le déroulé du test. Mais qui pose question car les praticiens ne peuvent pas dupliquer." Ce n’est pas normal", s'insurge auprès de TF1 Pierre Béguerie, président du Conseil central de l’ordre des pharmaciens, Section A, titulaires d'officine. "Un pharmacien qui installe un barnum à côté de sa pharmacie doit le faire à côté de son officine. Quand vous prenez une responsabilité de quelque chose, c’est que vous en assurez tous les actes", assène-t-il. 


La rédaction TF1 Info

Tout
TF1 Info