Le Loto fête ses 90 ans : découvrez la petite histoire de son premier grand gagnant

Publié le 7 novembre 2023 à 13h37, mis à jour le 7 novembre 2023 à 17h01

Source : TF1 Info

Il y a 90 ans jour pour jour en ce 7 novembre, un certain Paul Bonhoure devenait le premier grand gagnant de la Loterie Nationale.
Il remporte alors l'équivalent de 3,3 millions d'euros actuels et démarre une nouvelle vie.
On vous la raconte.

À défaut de rendre riches tous ceux qui s'y aventurent, le loto suscite l'espoir. Et cela dure depuis plus de 90 ans et la création, le 22 juillet 1933, de la Loterie Nationale, héritière de la Loterie Royale de France, créée en 1776 et supprimée une première fois en 1836. Mais certains ont décroché bien plus que l'espoir, pour le meilleur ou pour le pire. Ce fut le cas du premier des grands gagnants, le 7 novembre 1933.

Ce jour-là, pour le premier tirage de ce qui s'appelle alors la "Loterie Nationale au profit des anciens combattants et des calamités agricoles", des milliers de personnes sont réunies au Trocadéro, à Paris, ou devant leur poste de TSF, l'ancêtre de la radio. Le numéro 18.414, série H, est tiré, pour le plus grand bonheur de... Paul Bonhoure.

Plus de 30 ans après, des descendants décrochent le jackpot

Ce coiffeur de Tarascon (Bouches-du-Rhône), dont le JT de TF1 vous montre une photo dans le reportage à retrouver en tête de cet article, remporte le gros lot : 5 millions de francs, soit l'équivalent de 3,3 millions d'euros actuels. Mais selon ce que rapporte l'AFP, ce n'est pas lui qui joua. En réalité, il avait chargé son commis, Albin Bin, de se procurer un billet. Devant le guichet, celui qu'on surnommait "Binbin" s'effaça devant une jeune femme, par galanterie. Il acheta donc les deux billets suivants et laissa son patron en choisir un. "J'ai tapé le mauvais", s'amusera-t-il des années plus tard dans les colonnes du Monde

Quelques jours après le tirage, Paul Bonhoure, lui, se rend à Paris pour toucher son chèque et descend les Champs-Élysées en grande pompe, comme un chef d'Etat. Par la suite, il s'achète une Amilcar - une voiture de sport -, un domaine de 60 hectares près de Beaucaire, où il vivra heureux jusqu’à la fin de ses jours, en 1965. Il n'émettra qu'un seul regret, celui d'avoir été mis en avant à outrance par les médias. 

S'il arrête de travailler après son coup de chance, il n'oublie pas celui par qui tout est arrivé : il refait à neuf son salon de coiffure et le donne à "Binbin", qui décèdera le 11 janvier 1993. "M. Bonhoure était très brave, et il a fait ma situation. J'avais le plus beau salon de la région avec des fauteuils américains", remerciera plus tard l'ex-commis.

Comme un symbole, la chance de Paul Bonhoure traversera les décennies : le 7 décembre 1996, deux de ses descendants décrochent à leur tour le jackpot, mais cette fois au loto, la nouvelle version de la Loterie Nationale. Il s'agit de Bastien, 75 ans, ancien gendarme, et de sa fille Paulette, 48 ans, fonctionnaire de la Sécurité sociale.

Le premier, neveu du premier grand gagnant, vit alors à Toulon, et la seconde à La Seyne-sur-mer (Var). "Nous jouions tous les deux les mêmes numéros depuis une dizaine d'années", déclarera-t-il, selon des propos rapportés par l'AFP. Chacun décroche alors plus de 22 millions de francs (l'équivalent de près de 10 millions d'euros), et la somme totale est repartie en "neuf parts" au sein de la famille. 


Maxime MAGNIER

Tout
TF1 Info