Sur le million et demi de pêcheurs à la ligne que compte la France, un sur quatre a moins de 18 ans.
Le JT de TF1 est parti en Meurthe-et-Moselle à la rencontre de ces jeunes qui ont la pêche.

Les quantités sont impressionnantes et les pêcheurs de Lunéville (Meurthe-et-Moselle) n'ont pas le temps de traîner. Car les belles truites qu'ils ont pêchées, élevées en pisciculture et oxygénées durant le transport, doivent rester en forme avant d'être relâchées. 

Cette année, il y en a 600 kilos, soit environ 2000 poissons. Car la reproduction naturelle ne suffit pas au plaisir des pêcheurs, de plus en plus nombreux. "Le nombre de pêcheurs a augmenté de plus de 230 cette année encore, on est 2533 dans l'association de Lunéville. Beaucoup plus de femmes, des enfants", précise Christian Prévot, président de La Carache lunévilloise, dans le reportage du JT de TF1 visible en tête de cet article. 

Les premiers prix sont assez abordables

Parmi ces nouveaux jeunes passionnés, nous avons rencontré une jeune fille de 19 ans. Elle vient de passer deux jours à pêcher sur un étang privé, avec quelques belles prises. "Là on a un silure, il fait 1,40 m, tout pile", nous montre-t-elle. 

Avec son copain Nathan, rencontré à la pêche, elle s'empresse de partager sur les réseaux sociaux, sans oublier de préciser à ses 40.000 abonnés qu'elle relâche toutes ses prises. Son grand-père était pêcheur, elle a eu envie d'essayer, et depuis six ans, elle est accro. "Avant, c'est vrai que c'était beaucoup un truc de vieux", explique la jeune fille.

Le budget pêche peut vite exploser, mais les premiers prix sont assez abordables, avec des kits complets pour les jeunes pêcheurs. 

Il ne reste plus qu'à acheter une carte de pêche, et attendre le lever du soleil le samedi matin, pour aller pêcher.


La rédaction de TF1info | Reportage TF1 : V. Dietsch, V. Ruckly

Tout
TF1 Info