VIDÉO - "Ça aurait été catastrophique" : le maintien des trains vers les Alpes soulage les stations de ski

par T.A. | Reportage : Delphine SITBON et Baptiste SISCO
Publié le 17 février 2024 à 15h50

Source : JT 13h WE

En ce début des vacances marqué par la grève des contrôleurs, la circulation des trains en direction des Alpes a été clairement privilégiée par la SNCF.
Dans les stations de ski, vacanciers et professionnels montrent leur soulagement.
C'est le cas à l'Alpe-d'Huez, en Isère, où s'est rendue une équipe du 13H de TF1.

Enfin, les touristes sont arrivés à la montagne. La grève des contrôleurs à la SNCF a inquiété les commerçants, les restaurateurs et les hôteliers de l'Alpe-d'Huez (Isère), mais le maintien de la circulation des trains vers les Alpes, finalement peu touchée par la mobilisation, a permis aux vacanciers d'arriver à temps dans la station aux 21 virages. Rencontrée par une équipe du 20H dans le reportage à retrouver en tête de cet article, cette famille profite d'un petit-déjeuner à l'hôtel près avoir pu prendre son train vendredi. "On attendait ça depuis longtemps", savoure une jeune fille devant notre caméra.

"Les vacances scolaires pèsent près de 40% du chiffre d'affaires hivernal"

À la réception, Théo Borne, le patron de l'établissement, a aussi le sourire :  il n'a subi aucune annulation. La grève à la SNCF n'a eu aucune conséquence sur ses réservations, et l'hôtel affiche complet. "En février, ce sont nos semaines les plus complètes, nos vacances scolaires, là où on reçoit beaucoup de famille", explique le directeur, le sourire aux lèvres. "Ils viennent surtout pendant une semaine complète, donc on a besoin de trains qui fonctionnent", souligne-t-il.

Ces quatre semaines de vacances sont effectivement cruciales pour les stations de ski. Ici, un touriste français sur trois arrive en train. En réorganisant le trafic à l'occasion de la grève nationale des contrôleurs, la SNCF a privilégié les liaisons vers les Alpes. Pour François Badjily, le directeur de l'Office de tourisme local, le pire a été évité. "Les vacances d'hiver sont très courtes, les vacances scolaires pèsent près de 40% du chiffre d'affaires de l'hiver pour une station comme celle de l'Alpe-d'Huez, détaille le responsable, "si nos vacanciers n'avaient pas pu venir, ça aurait vraiment été catastrophique."

De son côté, Thierry Vachez, l'un des loueurs de matériel de la station, attend la fin du week-end pour confirmer la tendance. Il n'enregistre aucune baisse de son chiffre d'affaires, mais de toute façon, il n'est pas vraiment inquiet. De mémoire de montagnard, les touristes se débrouillent toujours selon lui pour arriver à destination. "En 38 ans d'exploitation, je n'ai jamais connu des clients qui ne venaient pas du tout, raconte le commerçant au micro de TF1. Des arrivées tardives, oui, mais les gens se débrouillent." Autre bon signe pour la station : les terrasses des restaurants sont bondées depuis l'arrivée des touristes.


T.A. | Reportage : Delphine SITBON et Baptiste SISCO

Tout
TF1 Info