VIDÉO - Ces religieuses alsaciennes transforment les hosties... en chips

par La rédaction de TF1info | Reportage TF1 : J. Rieg-Boivin, L. Claudepierre
Publié le 19 avril 2024 à 15h34

Source : JT 13h Semaine

Avez-vous déjà gouté les chips du monastère de Rosheim, dans le Bas-Rhin ?
Elles sont fabriquées par les sœurs bénédictines à partir de chutes d'hosties.
Le JT de TF1 a voulu en savoir plus.

Elles vivent avec leur temps. Toujours sous la protection du Très-Haut, sœur Marie Priscille, 78 ans, contrôle parfaitement une machine très particulière, conçue pour l'activité principale du monastère : fabriquer des hosties. Composée d'eau et de farine, la pâte est pressée, comme dans un gaufrier géant. Percer des ronds dans ces plaques génère forcément beaucoup de pertes. Jusqu'ici, les sœurs ne valorisaient pas ces restes, qui allaient nourrir les animaux.

À Rosheim, dans leur monastère, la loi antigaspillage AGEC a trouvé un écho surprenant. Désormais, les chutes d'hosties deviendront des chips à base d'huile d'olive, de sel de Guérande, de romarin ou de curry. Les sœurs ont baptisé leurs œuvres des "apéritines". "Ça nous pousse à la créativité, le fait d'avoir certaines contraintes, mais c'est une belle opportunité", estime l'une des sœurs qui travaille à l'atelier chips. 

À l'origine, une hostie n'est pas croustillante, mais elle le devient après dix minutes à 190 degrés. Et pour vendre leurs chips, les bénédictines ont agrandi la boutique du monastère. Les 100 sachets produits chaque semaine partent comme des petits pains. Vendus 4,50 euros l'unité, ils contribuent à faire vivre la communauté.


La rédaction de TF1info | Reportage TF1 : J. Rieg-Boivin, L. Claudepierre

Tout
TF1 Info