L'implantation d'un fast-food n'est pas sans conséquence sur le paysage urbain ni sur la santé de la population.
Ce qui pousse la ville de Toulouges, dans les Pyrénées-Orientales, à se battre contre l'implantation d'un de ces restaurants.
Le JT de TF1 s'est rendu sur place.

Difficile d'imaginer Toulouges, petite commune des Pyrénées-Orientales, se dresser contre les géants mondiaux de la restauration rapide. Car une enseigne de la restauration souhaite s'installer "au cœur de la zone Naturopole, en lisière d'une piste cyclable, près du collège... C'est ce qui a interpellé le conseil municipal", développe Nicolas Barthe, le maire de la ville, dans le reportage du JT de TF1 visible en tête de cet article.

La ville craint de voir les déchets s'accumuler, et un trafic routier perturbé par une trop forte affluence. Alors, pour les élus, pas question de voir une telle enseigne s'implanter dans la commune, notamment pour des raisons de santé publique. "Dans un rayon de 5-6 kilomètres, il y a trois autres restaurants de restauration rapide. Le taux d'obésité du département est l'un des plus élevés en France. Donc quelle est la plus-value ?", s'interroge l'édile. 

Sur place, l'avis du maire semble partagé par de nombreux habitants. "Je suis contre ! C'est de la malbouffe et ça fait mourir les commerçants", peste une femme. Un homme abonde : "Je pense que ça n'a rien à faire ici. On a une pizzeria italienne juste en bas, on a une spécialiste qui fait des frites belges juste là", souligne-t-il.

La gérante de la friterie, justement, redoute une perte de son chiffre d'affaires. "On ne pourrait pas favoriser les petits commerçants plutôt que, encore une fois, les grandes chaines ? Je pense que je fais de la meilleure qualité. Donc je suis contre", réagit-elle.

Dans certains lieux, les fast-foods viennent combler un manque de restauration

D'autres départements, eux, ne partagent pas le constat des habitants de Toulouges. Ainsi, dans les Landes, sur un axe routier entre Dax et Mont-de-Marsan, il n'y a plus aucun restaurant sauf... un fast-food. "Nous sommes sur un axe stratégique, avec la direction Dax-Bayonne, qui permet d'avoir cette implantation commerciale", souligne le maire de Bégaar, Jean-Pierre Poussard.

L'enseigne a ouvert ses portes il y a un mois, alors qu'aucun restaurant traditionnel n'a candidaté pour s'installer dans la zone. "Nous n'avons pas trouvé de porteur de projet depuis 2019. Et il y a eu trois restaurants traditionnels qui ont fermé en 2023."

Ce fast-food est donc "un vrai besoin pour la population", poursuit l'édile.

À Bégaar, ce nouveau restaurant est aussi un lieu de vie pour les familles, ce que confirme une mère : "C'est pas mal, on peut venir avec les enfants à n'importe quel moment, c'est toujours ouvert. On peut venir le midi, le soir..." Une autre femme ajoute : "Pour les jeunes, c'est vachement pratique de se réunir (...) car avant il n'y avait pas grand-chose dans le coin."

Combler un manque de restauration, une stratégie que les enseignes ont bien comprise. Elles s'intéressent aujourd'hui à des communes de plus en plus petites.


La rédaction de TF1info | Reportage TF1 : A. Cazabonne, M. Perrot, H. Villatte

Tout
TF1 Info