Covid-19 : le défi de la vaccination

"Ce n'est pas un jeu" : un Guadeloupéen rescapé d'une forme grave du Covid raconte son calvaire

Léa LUCAS avec TF1
Publié le 23 août 2021 à 10h44
JT Perso

Source : JT 13h WE

CONVALESCENCE - En Guadeloupe, le taux de vaccination reste faible. Un patient de 43 ans n'ayant pas reçu les injections, qui souffre d'importantes séquelles après avoir contracté le Covid et passé deux mois en réanimation, témoigne face aux caméras de TF1.

Le Covid-19 a détruit son corps. Après deux mois passés en réanimation, Alain a vu ses cordes vocales abîmées par l'intubation et ses muscles affaiblis par l'immobilisation. Le patient de 43 ans, auparavant actif, est désormais réduit à une dépendance quasi totale à l'égard du personnel soignant. "Ce sont des magiciens", lance-t-il dans la vidéo de TF1 en tête de cet article, depuis l'hôpital Les Abymes, en Guadeloupe. 

Afin de retrouver l'usage de ses membres, il doit désormais s'atteler à des exercices de rééducation quotidiens. Mais chaque effort est une montagne à gravir. "Il faut avoir la mentalité et là je me donne à fond pour réussir. C'est dans la tête que ça se passe", poursuit le père de famille, la voix cassée.

Je n'y croyais pas.

Alain, rescapé guadeloupéen de 43 ans

Avant de faire une forme grave du virus, Alain n'imaginait pas une seule seconde tomber malade. Mais "le Covid, ce n'est pas un jeu, c'est la réalité", prévient-il. "Je n'y croyais pas. Je me disais que ça arrivait aux vieux, pas aux jeunes comme nous. On a des défenses immunitaires, quand même !"

En proie au doute, le patient guadeloupéen avait en effet fait le choix de ne pas se faire vacciner. Mais depuis son hospitalisation, sa méfiance - partagée par de nombreux habitants de l'île antillaise - s'est dissipée. "Je ne suis pas contre le vaccin", affirme-t-il. "Ce que je dis aux guadeloupéens, c'est de rester confinés, de rester à la maison, de protéger la famille." Sa rééducation "va prendre du temps", déplore-t-il. Mais, combatif, il l'assure : "On va y arriver !"

Lire aussi

Pour faire face à la multiplication des cas positifs (plus de 4000 ces quatre derniers jours) ainsi qu'à la hausse des hospitalisations, quelque 300 soignants-volontaires de l'Hexagone se sont envolés vers les Antilles vendredi soir. Pour l'heure, seule 32,86% de la population guadeloupéenne de plus de 18 ans a reçu au moins une première de dose de vaccin.


Léa LUCAS avec TF1

Tout
TF1 Info