En raison des grèves contre la réforme des retraites, les poubelles s'amoncellent dans plusieurs villes.
À Paris, des réquisitions ont été décidées par le préfet de police contre l'avis de la mairie.
La situation s'améliore très lentement.

Ce mardi, c'est la quatorzième journée de grève des éboueurs de Saint-Brieuc (Côtes-d'Armor) : les habitants n'ont jamais vu leur ville aussi sale. Seuls, trois des treize camions-bennes de la ville circulent pour ramasser en priorité les déchets des Ehpad et des hôpitaux. Un service minimum dont aimeraient bénéficier certains commerçants, qui estiment que les ordures font fuir les clients. La grève des éboueurs se poursuit en France. Notamment à Nantes (Loire-Atlantique), au Havre (Seine-Maritime), mais aussi à Paris, où des agents sont réquisitionnées depuis vendredi. Pour quel résultat ?

Lundi matin, dans une rue de la capitale, nous filmions une équipe en plein ramassage. Quelques heures plus tard dans l'après-midi toujours autant, si ce n'est plus, de déchets. Les éboueurs n'ont pu ramasser que la moitié des déchets dans leur benne et de nouveaux sacs ont été aussitôt déposés. Combien de temps la situation va-t-elle durer ? Samedi, Paris comptait 10.000 tonnes de déchets dans ses rues, 9600  dimanche, 9300 ce lundi. À ce rythme, il faudrait plus d'un mois pour un retour à la normale. Selon les syndicats, seule une levée de la grève permettrait de retrouver des rues propres. Il faudrait alors moins d'une semaine aux éboueurs pour nettoyer la capitale.


La rédaction de TF1 | Reportage : Julien Cressens, Chloé Ebrel, Frédéric Mignard

Tout
TF1 Info