Dans une rare campagne publicitaire, Emmaüs demande aux consommateurs de penser à donner leurs vêtements plutôt que de les vendre sur des sites qui s'adressent aux particuliers.
Car depuis quelque temps, les dons à destination de l’association diminuent au profit de ces plateformes marchandes.

Chaque année, la communauté Emmaüs de Metz (Moselle) reçoit 300 tonnes de vêtements mais leur qualité est de plus en plus médiocre. "S'il y a 20 vêtements dans un sac, au moins 12 ne sont plus bons", déplore Julie, chargée de tri. Et si ces dernières années, les beaux vêtements de seconde main n’ont pas disparu, ils sont de plus en plus vendus entre particuliers.

"On revend un peu pour essayer de s'en sortir", confie ainsi une mère de famille dans le reportage du 13H de TF1 visible en tête de cet article. 

"Si tu ne le portes pas, donne-le"

Or, si les articles récupérés par Emmaüs sont de moins bonne qualité, l'association en vendra moins. Alors, pour lutter contre la concurrence des plateformes de revente, Emmaüs France a décidé de communiquer, reprenant les codes des sites marchands spécialisés dans les vêtements de seconde main : "Si tu ne le portes pas, donne-le", enjoint  l'association. "Notre but n'est pas de condamner Leboncoin ou Vinted, ni les personnes qui utilisent ces plateformes. C'est simplement de dire qu'il y a une autre alternative, qui a beaucoup plus de sens", explique face à notre caméra Jean-Marie Kiffer, président de la communauté Emmaüs de Metz. 

À travers cette campagne, déclinée par affichage, à la radio et à la télévision, l'association fondée par l'abbé Pierre souhaite "provoquer un électrochoc" et amener les utilisateurs de Vinted ou autres Leboncoin à s'interroger, sans pour autant les culpabiliser, a par ailleurs expliqué à l'AFP Valérie Fayard, directrice générale déléguée d'Emmaüs France, avant d'alerter : "tout notre modèle économique est mis en danger".

Une fois les vêtements récoltés, Emmaüs les propose en boutique, tout comme d'autres objets. Là, les clients ont la possibilité de les toucher et de les voir en direct, comme dans n'importe quel commerce, ce qu'il n'est pas possible de faire sur les sites marchands de seconde main. "Chez Vinted, des fois il y a tromperie sur les tailles", constate ainsi une cliente.

Toutefois, beaucoup de consommateurs expliquent être adeptes des deux pratiques, et acheter auprès de l'association bénévole ainsi qu'auprès des plateformes en ligne. 


La rédaction de TF1info | Reportage G. Gruber et V. Ruckly

Tout
TF1 Info