VIDÉO - "Il n'y a pas de pile pour mon jouet !" Connaissez-vous bien l'histoire de cette éternelle oubliée de Noël ?

Publié le 24 décembre 2023 à 15h41

Source : JT 20h WE

Ce sont les éternelles oubliées de Noël : les piles qui font fonctionner certains jouets de nos chers bambins.
On s'en aperçoit toujours trop tard, quand la plupart des magasins sont fermés.
TF1 retrace l'histoire de ces petits cylindres essentiels mais méconnus.

Cette semaine, dans "Mon placard", TF1 s'intéresse à celle qu'il vaut mieux avoir toujours sous la main : la pile alcaline. Jouets, luminaires, gadgets, souris d'ordinateur ou lampe-torche... Nombre de nos appareils fonctionnent grâce à elle, et on ne s'en souvient généralement que lorsqu'elle vient à manquer. Les Français en possèdent en moyenne cent par foyer. D'où vient-elle ? Pour le savoir, direction la Belgique dans l'un des plus gros sites de production de piles en Europe, que l'on découvre dans le reportage de TF1 ci-dessus.

Un milliard de piles par an en France

Inventée en 1959 dans sa version grand public, elle a rapidement supplanté la pile saline, moins performante. Les piles alcalines, petites ou grandes, grosses ou fines, n'ont presque rien changé depuis. Le zinc est leur ingrédient principal, mais pour générer de l'électricité, il ne suffit pas et doit être associé à du manganèse. C'est la réaction chimique entre les deux métaux qui produit le courant. Du manganèse compressé est mélangé dans des palets avec du carbone et des ingrédients secrets, jalousement gardés par le fabricant. Chaque année en France, près d'un milliard de piles sont mises sur le marché.

Recyclage obligatoire

Mais que deviennent-elles après utilisation ? Très polluantes, elles ne doivent pas être jetées avec les ordures ménagères. Depuis une trentaine d'années, la collecte des piles usagées s'est organisée. En France, on traite environ 9.000 tonnes de piles par an. Après avoir été triées, elles sont envoyées sur les sites de recyclage. 

Recytech a exceptionnellement ouvert ses portes à l'équipe de TF1. Première surprise, aucune pile à l'horizon, seulement un monticule de poudre noire. C'est le résidu des piles alcalines broyées sur d'autres sites, l'équivalent de 400 tonnes d'entre elles, et dont les composants vont être séparés grâce à un four. Il s'agit d'un tuyau de 50 mètres de long qui peut atteindre jusqu'à 1300 °C à l'intérieur. Ce qui a de la valeur pour l'entreprise, c'est le zinc. Le reste, manganèse, fer, pourra être utilisé comme matériau sur les chantiers.

Mais toutes les piles ne sont pas recyclées. Une sur deux est encore jetée dans la poubelle normale. Dans les bacs de collecte, certaines piles pourraient même encore servir. C'est le constat de l'entreprise spécialisée Regenbox. Car la pile alcaline classique peut être rechargée grâce à leur invention. Une pile rechargée sera moins puissante qu'une neuve, mais suffisante pour faire fonctionner de petits objets, comme une télécommande. L'entreprise commercialise également des régénérateurs petits formats, prix d'achat 69 euros, pour vous permettre de donner une deuxième vie à vos piles et de les garder plus longtemps dans votre placard.


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info