C'est le premier grand incendie de l'année 2023 en France et il a touché les Pyrénées-Orientales, très affectées par la sécheresse.
Dans d'autres départements, la situation est comparable, ce qui pourrait provoquer des incendies très précoces, bien avant le début de l'été.
La France est-elle mieux préparée qu'en 2022 pour combattre ces feux de forêt ?

À Cerbère, les pompiers ont lutté près de 24 heures pour maîtriser les flammes. Le feu s'est déclaré dimanche matin entre cette commune et Banyuls-sur-Mer. 500 pompiers des Pyrénées-Orientales, ainsi que de plusieurs autres départements, ont été mobilisés pour arriver à bout du sinistre. Environ 930 hectares de végétation ont été parcourus par ce premier grand incendie de l'année 2023 en France, dans ce département très affecté par la sécheresse, selon la préfecture. 

Pourquoi un incendie si intense ?

L'une des responsables est la tramontane, ce vent venant du nord-ouest qui souffle sur la côte méditerranéenne et qui était particulièrement puissant, conjuguée à un manque d'eau exceptionnel dans les Pyrénées-Orientales. D'ordinaire au mois de mars, il tombe 64 mm de pluie. Mais cette fois, on dénombre seulement 28 mm. Soit un déficit de 60% et c'est le septième mois d'affilée. Les élus locaux sont donc loin d'être rassurés. "C'était une inquiétude l'été dernier et les étés précédents, mais là, l'inquiétude, on peut dire qu'elle est annuelle", estime Christian Grau, le maire de Cerbère. 

Pourquoi de tels risques si tôt dans l'année ?

L'état de sécheresse des sols est en avance de trois mois. Selon Météo-France, ce 17 avril est donc l'équivalent d'un 25 juillet avec des risques d'incendie similaires. Le premier feu de forêt s'était déclaré, il y a plus de deux mois, à Torreilles, dans les Pyrénées-Orientales. Du jamais-vu en plein hiver. "La plaine n'a pas du tout été arrosée, malgré les chutes de neige qu'il y a pu avoir sur les massifs. Cela va faire cinq ans que je suis ici et c'est la première fois que je vois un feu à cette époque-là", assure un soldat du feu.

Les pompiers ont-ils des moyens suffisants ?

Certes, les pompiers viennent d'être renforcés avec notamment neuf avions et hélicoptères de plus. Mais ils ont une autre crainte : "On use de plus en plus la force humaine très tôt dans l'année. Donc ça veut dire : 'quid de ce qui va se passer pendant la période estivale ?' Sachant qu'aujourd'hui l'engagement qui se fait, c'est au détriment de sa vie personnelle", explique Éric Brocardi, porte-parole de la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France (FNSPF). Les soldats du feu espèrent en conséquence de nouvelles recrues. Ils ont perdu 30.000 volontaires en dix ans.


V. F | Reportage TF1 : Esther Lefebvre, Sophie Chevallereau et Charif Souary

Tout
TF1 Info