VIDÉO - "J'ai poussé un hurlement" : de plus en plus de serpents en liberté, un phénomène qui inquiète

par V. F I Reportage TF1 : Perrine Mislange et Jean-Vincent Fournis
Publié le 26 décembre 2023 à 7h00

Source : JT 20h Semaine

Il est de moins en moins rare de croiser des serpents en France.
Au-delà des vipères et couleuvres relativement répandues, d'autres espèces beaucoup plus exotiques se retrouvent dans la nature à cause de propriétaires négligents.
Le phénomène est tel que des pompiers sont maintenant formés spécialement.

En sortant de chez lui, près de Toulouse, Julien Bousquet est tombé face à face avec une couleuvre au bord d'un chemin. "Elle était à 10 cm de mon pied à peu près. Je suis pas un grand fan des serpents et c'est pas le genre de bête que j'aime voir ou croiser", raconte-t-il dans la vidéo du JT de TF1 en tête de cet article. Pas très rassuré, il a rapidement fait appel à un spécialiste. "C'était facile à attraper parce qu'à cause du froid, il a pas trop bougé", explique Przemyslaw Zdunek, herpétologue. 

Cette espèce exotique, mesurant 1,70 m, vit généralement en Russie ou en Chine. "C'était une couleuvre complétement inoffensive. On peut suspecter que c'est un serpent qui s'est échappé d'une maison ou malheureusement peut-être quelqu'un qui l'a lâché dans la nature", précise le spécialiste des reptiles.

Des pompiers spécialisés dans le risque animalier

La presse témoigne fréquemment de la présence de serpents chez des particuliers. Récemment, un Toulousain a trouvé un python dans ses toilettes. Le face-à-face s'est déroulé en pleine nuit. "Je me suis approché très près en me penchant et à peu près à 30 cm de la bestiole, j'ai réalisé que j'étais face à un gros serpent. J'ai poussé un hurlement qui a dû réveiller tout l'immeuble", se souvient-il. Après vingt minutes interminables, les pompiers spécialisés dans le risque animalier sont intervenus. 

Pour répondre à la recrudescence de ces situations et mieux prendre en compte le bien-être animal, ces unités ont été créées récemment. Elles suivent une formation spécifique. Pour attraper un serpent, "il faut le prendre à l'aide de deux crochets et faire une petite tension pour le maintenir, puis on le dépose dans un bidon la tête la première", détaille l'un d'entre eux. Ces pompiers réalisent une dizaine d'interventions spectaculaires par an dans le département, mais leurs collègues en caserne sont plus régulièrement sollicités. 

"On est de plus en plus appelés parce qu'effectivement de plus en plus de particuliers détiennent ces animaux-là dans leur appartement ou dans leur maison et nous, on intervient parce qu'on a plus de formation et d'équipements qui sont dédiés pour ça", souligne la commandante Marion, cheffe du Centre d'incendie et de secours de Colomiers (Haute-Garonne)

Ce sont vraiment les rois de l'évasion.
Thibault Lecellier, vendeur dans une animalerie

Dans l'animalerie de Bessières (Haute-Garonne), une trentaine de serpents est vendu chaque année. Il s'agit de couleuvres, mais aussi des pythons et des boas. Des espèces qui effraient ou qui fascinent. "Je pourrai en avoir un chez moi, mais d'après ma femme, non", lance un client, goguenard. Pour éviter tout risque d'évasion, les terrariums sont équipés de serrures. "Le plus gros moyen de sécurité, ça va être un verrou sur les portes. C'est relativement souple, c'est très flexible au niveau des os, donc ce sont des animaux qui peuvent se faufiler dans des petits coins. Ce sont vraiment les rois de l'évasion", reconnait Thibault Lecellier, vendeur dans cette animalerie. 

Tout le monde peut posséder un serpent chez soi. Il suffit juste de remplir un formulaire, c'est une procédure administrative pour lutter contre les trafics. Depuis cinq ans, les vétérinaires leur implantent également une puce électronique. "Il y a une norme qui va être le puçage de certains reptiles, notamment de tout ce qui va être pythons et boas", précise Thibault. Ces serpents proposés à la vente sont inoffensifs. Si vous en croisez un, ne paniquez pas. Bien souvent, ce sont les premiers à prendre la fuite. 


V. F I Reportage TF1 : Perrine Mislange et Jean-Vincent Fournis

Tout
TF1 Info