Vie pratique

VIDÉO - "Très désagréable" : à Marseille, les habitants excédés par les nuisances sonores

par La rédaction de TF1info | Reportage : Emmanuelle Binet et Philippe Fontalba
Publié le 4 octobre 2023 à 19h44

Source : JT 13h Semaine

À Marseille, les habitants sont confrontés à un véritable capharnaüm urbain.
Existe-t-il des solutions pour mettre fin à ces nuisances sonores ?
TF1 a mené à l'enquête sur place.

Moteurs pétaradants, sirènes et klaxons irritants ou groupes électrogènes assourdissants... Des nuisances sonores propres aux zones urbaines et qui ont le don de nous rendre fous. À Marseille, ces bruits tonitruants sont tous réunis sur le carrefour du centre-ville où la cacophonie exaspère les habitants. "C'est très désagréable, car on aimerait bien pouvoir déambuler, d'autant que des bancs ont été mis, mais on ne le fait pas volontiers", répond une personne sollicitée dans le reportage du JT de TF1 ci-dessus. "C'est fatigant et on s'en rend compte après coup, quand on est au calme", ajoute une autre. 

Les nuisances sonores sont le lot quotidien des riverains. Pour les identifier, la métropole s'est équipée de six balises. "Ça sert à caractériser la gène que la population peut ressentir au quotidien", précise dans le sujet Aurélie Stoerkel, chargée d'études pour Atmosud. Trafic routier, transport en commun, activité du port... rien n'échappe à ce microphone. 

Des alternatives existent

Quels sont les résultats donnés par ces tests ? Environ 60 décibels en pleine journée, à la limite du seuil réglementaire fixé à 65. "Si on prend l'exemple d'une autoroute, si on souhaite réduire le bruit de 3 décibels et donc de passer de 75 à 72, il nous faudrait réduire le trafic de l'autoroute par deux. Ce qui veut dire passer 90.000 véhicules par jour à 45.000", détaille Aurélie Stoerkel. 

Un parcours du combattant, même si des alternatives existent, comme les revêtements absorbants ou les murs anti-bruits situés en bordure d'autoroute, limitant le bruit sans pour autant l'éradiquer.

Reste une question : toutes ces nuisances sont-elles dangereuses pour la santé ? "Si on n'est pas en contact direct de ces bruits-là, il y a peu de conséquence au niveau auditif", explique Jean-Marc Elbaum, médecin ORL. "En revanche, le bruit répété peut provoquer des insomnies ou des stress psychologiques."

En Europe, le bruit constitue le deuxième facteur environnemental provoquant le plus de dommages sanitaires derrière la pollution atmosphérique.


La rédaction de TF1info | Reportage : Emmanuelle Binet et Philippe Fontalba

Tout
TF1 Info