"Peut-être que d'autres syndicats ont fait les valises, nous non" : la Confédération paysanne reste mobilisée

par La rédaction de TF1info | Reportage : Florian Litzler, Julien Garrel, Florian Gourdin
Publié le 4 février 2024 à 11h55

Source : JT 20h WE

Les agriculteurs de la Confédération paysanne poursuivent le mouvement par d'autres moyens.
Contrairement aux autres syndicats agricoles, ils rejettent en bloc les mesures du gouvernement. Leur but est d'inciter le consommateur à acheter français.

Le message est clair : pour montrer leur dénuement, des agriculteurs ont décidé de se déshabiller en plein supermarché, comme on le voit dans le reportage du 20H en tête de cet article. Un lieu qui n'est pas choisi au hasard. La grande distribution est, selon eux, responsable de leurs difficultés. "À la fin, le client paie un prix démesuré par rapport à ce que touche l'agriculteur", résume Florent Beck. Pour ce maraîcher, le prix payé aux producteurs est insuffisant, mais les marges des intermédiaires et des distributeurs maintiennent des prix élevés.

Une quarantaine d'agriculteurs se sont invités dans ce supermarché de Lescar (Pyrénées-Atlantiques), ce samedi 3 février, où ils déshabillent aussi les rayons des produits industriels. Leur but est aussi de faire passer le message aux consommateurs. Des clients, qui pour certains, les soutiennent déjà complètement. 

Peut-être que d'autres syndicats ont fait les valises, nous non
Michel Erbin, porte-parole de la Confédération paysanne du Béarn

Mais pourquoi cette opération, alors que la majorité des syndicats agricoles a annoncé ne plus mener d'actions pour le moment ? "Peut-être que d'autres syndicats ont fait les valises, nous non", explique au micro de TF1 le porte-parole de la Confédération paysanne du Béarn, Michel Erbin. L'éleveur de brebis estime que la question des revenus n'est pas réglée, et confirme la poursuite des actions symboliques. 

La Confédération paysanne est le troisième syndicat agricole en France, composé principalement de petits exploitants. Cette organisation classée à gauche, cofondée par José Bové en 1986, s'est fait connaître par des actions fortes, comme le démontage d'un restaurant McDonald's dans l'Aveyron, en 1999.

Les annonces du gouvernement n'ont pas satisfait ses quelque 10.000 membres. Alors que les autres agriculteurs syndiqués rentrent chez eux, la Confédération paysanne reste mobilisée sous d'autres formes. Ce samedi 3 février, elle a aussi défilé à Nice, et a envahi deux autres supermarchés. Ses membres l'assurent, même sans les autres syndicats, ils poursuivront leurs actions.


La rédaction de TF1info | Reportage : Florian Litzler, Julien Garrel, Florian Gourdin

Tout
TF1 Info