VIDÉO - "Qu'on arrête de travailler à perte !" : les agriculteurs continuent leurs actions coups de poing

par La rédaction de TF1 | Reportage : Thomas Jarrion
Publié le 23 février 2024 à 11h55

Source : JT 20h Semaine

De nombreux blocages et barrages sont toujours en place partout en France, malgré les annonces de Gabriel Attal.
Que réclament précisément ces agriculteurs ?
Les équipes du 20H ont posé la question à quatre d’entre eux.

Une cinquantaine de tracteurs sont devant la préfecture à Beauvais. Les syndicats prennent la parole. Dans la foule, Gilles Bril, éleveur dans l’Oise, attend des précisions après les annonces du gouvernement. "Ils annoncent 150 millions d'euros pour l'élevage mais ça veut dire quoi derrière ? Qui ? Quoi ? Où ? Comment ? On n'en sait rien", nous dit-il. Tant que rien ne se voit sur son compte en banque, il continuera les actions.

En Gironde, un mois après le début des blocages, des viticulteurs bloquent les entrepôts d’un des plus gros négociants du pays. Un intermédiaire qui continue d’acheter leur vin à un prix beaucoup trop bas, nous disent-ils. Aurore Castagnet, viticultrice, veut encore et toujours des négociations pour que "au moins le vin soit acheté à un prix correct et qu'on rentre dans nos coûts de production et qu'on arrête de travailler à perte".

"Des drapeaux français sur les produits alors qu'ils viennent de l'autre bout du monde"

Entre Montauban et Agen, l'autoroute A62 est bloquée. Pas du tout convaincu par les annonces, Jean-Denis Dieu, arboriculteur, demande une meilleure indemnisation en cas de catastrophe naturelle. Il y a deux ans, ses récoltes avaient gelé.  Il explique avoir touché "2170 euros d'indemnisation pour la perte pour ainsi dire totale". Trop peu pour "passer l'année".

À côté de Lyon, d'autres bloquent la centrale d’achat locale d’une grande enseigne. Michel Joux, éleveur de moutons dans l’Ain, dénonce certaines pratiques dans les rayons, comme "mettre les drapeaux français sur leurs produits alors qu'ils viennent de l'autre bout du monde". Des contrôles en rayon ont été promis, mais seront-ils suffisants ? Sur les lieux, on en doute.


La rédaction de TF1 | Reportage : Thomas Jarrion

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info