À l'occasion du 80ème anniversaire de la Libération, l'État organise une grande collecte pour récupérer toutes sortes d'objets et de documents.

Dans les cartons du Centre historique des archives, situé à Vincennes (Val-de-Marne), des trésors mémoriels, jusqu'à présent restés cachés : des lettres, des photos, des documents inédits du chef des services secrets du général de Gaulle, le colonel Passy. Sa famille va tout donner aux archives nationales. "Ça nous réconforte dans l'idée qu'elles seront très bien à disposition des historiens. Mais j'ai un petit pincement de m'en séparer", explique Marie Dewavrin, petite-fille d'André Dewavrin, dit "colonel Passy". 

L'historien Bruno Fuligni n'en revient toujours pas. Pourtant, ces lettres exceptionnelles sont désormais sous ses yeux. Il cite notamment, dans le reportage du JT de TF1 visible en tête de cet article, "une lettre avec la signature, facile à reconnaitre, de Charles de Gaulle." "La première fois que j'ai vu ce document, j'avais les mains qui tremblaient en le tenant. C'est extraordinaire", commente l'historien.

Les historiens espèrent lever des mystères sur la fin de la Seconde Guerre mondiale

Les archives privées sont parfois inestimables. À quelques mois des 80 ans de la Libération, le gouvernement lance un appel national, que relaie face à notre caméra Patricia Mirallès, secrétaire d'État auprès ministre des Armées, chargée des Anciens combattants et de la Mémoire : "C'est important que chacun aille apporter même le plus petit document, la plus petite photo, parce que toutes parlent."

Mais il faut parfois savoir convaincre. Ainsi, Gérard Fournier se rend depuis dix ans dans les familles normandes pour les persuader de léguer leurs souvenirs à l’État, ce qui n'est pas toujours facile. Cet après-midi-là, il a rendez-vous avec Claude Ménochet, fils de résistant.

Gérard Fournier est patient, et il lui faut parfois des années pour ramener des objets historiques aux archives du Calvados. Comme le mouchoir sur lequel le prisonnier Colbert Marie écrit avec son sang à sa famille, quelques jours avant le massacre de la maison d'arrêt de Caen, le 6 juin 1944. 

Grâce à de futurs dons, les historiens espèrent lever plus d'un mystère sur la fin de la Seconde Guerre mondiale.


La rédaction de TF1info | Reportage TF1 : L. Attal, B. Poizeuil, L. Gorgibus

Tout
TF1 Info