En Charente-Maritime, le retour à la vie normale est trop long dans les communes frappées par un séisme il y a trois mois.
Pour de nombreux sinistrés, à La Laigne et Cram-Chaban, rien n'est réglé.
Une équipe du 13H de TF1 s'est rendue sur les lieux où tout semble encore dévasté.

De l'extérieur, la maison de Christine Hamelin a l'air intact. Mais à l'intérieur, c'est un tout autre décor. Sinistrée à Cram-Chaban (Charente-Maritime), elle vit depuis trois mois au milieu des étais qu'elle doit régulièrement resserrer. "Le premier expert de l'assurance m'a dit qu'il ne fallait pas rester là, l'ingénieur structures m'a dit que je ne risquais rien. Mais quand je vois que les fissures bougent, je ne suis pas tranquille", conclut-elle. 

Christine attend d'emménager dans un mobile-home financé par la communauté de communes. Un nouveau lieu de vie en attendant les travaux de sa maison. Un hébergement provisoire qu'elle attend impatiemment : "Je me sentirai plus en sécurité que chez moi."

Les maîtres d'œuvre et les maçons ne veulent pas faire de devis sur les réparations parce qu'ils ne savent pas si la structure est saine.
Mathieu Priez, président du collectif pour les sinistrés de La Laigne

Plus des deux tiers des maisons ont été touchés, difficile d'en voir le bout. Le 16 juin dernier, plusieurs villages du secteur ont été frappés par ce séisme de 5,7 sur l'échelle de Richter, avec plus de 200 répliques. Trois mois après, tout semble encore dévasté. À La Laigne, plus de 200 maisons ont été touchées et beaucoup sont vouées à la destruction. Jour après jour, la situation empire.

Côté assurances et experts, la situation est souvent au point mort. "Un certain nombre d'experts sont venus sur place mais il ne sont pas experts en séisme en réalité. Les maîtres d'œuvre et les maçons ne veulent pas faire de devis sur les réparations parce qu'ils ne savent pas si la structure est saine", rapporte dans la vidéo du 13H de TF1 en tête de cet article, Mathieu Priez, président du collectif pour les sinistrés de La Laigne. Autre inquiétude des sinistrés, le fossé entre la valeur de leur maison et le coût de construction aujourd'hui. Beaucoup risquent de perdre énormément d'argent.


La rédaction de TF1 | Reportage Erwan Braem, Christophe Devaux

Tout
TF1 Info