Le WE

Trafic de cigarettes : au coeur des ateliers clandestins

Publié le 1 janvier 2022 à 20h16, mis à jour le 2 janvier 2022 à 0h12
JT Perso

Source : JT 20h WE

Six milliards de cigarettes achetés dans le pays proviennent du marché noir. Elles sont moins chères. Comment arrivent-elles sur le territoire ? Enquête du 20H.

Lors d'un banal contrôle sur l'autoroute A2, les douaniers du Nord ont mis la main sur une cargaison de 450 cartouches de cigarettes d'une valeur de 147 000 euros. Elles étaient transportées dans des cartons et jetées en vrac sous les sièges de la voiture. Le passeur, qui venait de Belgique, devait les revendre au marché noir de Paris. Le véhicule a été intercepté à 50 km de la frontière belge, l'accès stratégie pour les trafiquants de cigarettes. Depuis quelques années, ils ont changé leur méthode. La marchandise n'est plus transportée par camion, mais dans des simples voitures. Ainsi, ils limitent les risques de contrôle et les pertes.

C’est par la Belgique que transite l'essentiel de cigarettes de contrefaçon vendues dans l'Hexagone. C'est aussi dans ce pays que se concentrent de nombreux ateliers clandestins de fabrication. Sur les images exclusives fournies par les douanes belges, les trafiquants sont interceptés en pleine activité. Les machines produisaient 5 000 cigarettes par heure. Quelque 4 millions de cigarettes ont été saisies et 12 hommes originaires d'Europe de l'Est ont été arrêtés. Ils vivaient dans l’atelier 24h sur 24, sans pouvoir sortir, dans une extrême promiscuité. “On a 38 productions Illégales cette année. Ce sont des organisations criminelles bien organisées”.

Le phénomène s'étend partout en Europe. Les policiers ont découvert un atelier clandestin de fabrication de cigarettes à Poincy en Seine-et-Marne. Dans le voisinage, personne n'avait soupçonné son existence comme cet entrepreneur qui travaille dans le bâtiment juste à côté. “Ils ont déchargé les machines. Ils m'ont dit qu'ils allaient faire du recyclage de médicaments usagés”. Les douaniers ont saisi sur place 4 millions de tiges de filtre, 800 000 paquets préformés, 55 palettes de matériaux divers, de la colle, du papier et des machines en cours d'installation. “Les personnes, qui étaient à l'intérieur, étaient en train de calibrer les machines pour fabriquer les cigarettes elles-mêmes”.

En France, le marché parallèle des cigarettes de contrebande et de contrefaçon représente environ 30% de la consommation totale de tabac. Un trafic qui entraîne un énorme manque à gagner pour l’État, environ 5 milliards d'euros chaque année.

T F1 | Reportage P. Ninine, S. Hernandez, J.Y Chamblay, B. Lachat, I. Pawlowski


La rédaction TF1 Info

Tout
TF1 Info