La maire d'Avallon (Yonne), mise en examen pour trafic de stupéfiants, a passé sa première nuit en prison.
Cela fait beaucoup réagir les habitants qui se demandent exactement ce qui est reproché à leur élue.
Selon l'un de ses frères, également arrêté et mis en examen, cette dernière n'a rien à voir avec les faits qui lui sont reprochés.

La maire de la petite ville d'Avallon (Yonne), Jamilah Habsaoui, a été mise en examen mercredi dans le cadre d'une enquête pour "trafic de stupéfiants" et placée en détention provisoire, après la découverte de 70 kg de cannabis et près d'un kilo de cocaïne, "principalement" à son domicile. L'incarcération de l'élue marque le dernier rebondissement d'une affaire débutée dimanche dernier. Ce jour-là les policiers ont découvert au domicile familial 70 kilos de cannabis, un kilo de cocaïne, mais aussi 7000 euros en liquide et deux lingots d'or. 

Parmi les accusés toujours présumés innocents, figurent six personnes arrêtées et mises en examen dont la maire, et notamment deux de ses frères. Par la voie de son avocat, l'un d'entre eux reconnaît avoir caché la drogue et dédouane sa sœur qui n'était, selon lui, pas au courant de ce trafic. "Donc Rachid Habsaoui indique qu'il a entreposé à l'insu de sa sœur et sans son consentement des produits stupéfiants dans cette dépendance attenante au domicile familial", explique Me César Lauwerie, avocat d'un des accusés. "Monsieur Habsaoui est formel : sa sœur n'a rien à voir avec les faits qui lui sont reprochés", poursuit-il. 

Et de détailler dans un reportage diffusé ce 11 avril au 20h de TF1 : "Les stupéfiants ont été retrouvés dans un garage attenant à cette maison, c'est lui-même qui a décidé d'être une nourrice pour un autre trafic de stupéfiants, sa sœur n'était pas au courant de ce que les stupéfiants étaient entreposés à cet endroit". Cette version est jugée non crédible par une source proche de dossier : "on a des indices qui prouvent qu'elle a commis une infraction". L'autre frère de l'élue, lui, conteste les faits qui lui sont reprochés. De son côté, l'avocat de la maire d'Avallon n'a pas donné suite à nos sollicitations.

Sur le marché d'Avallon, ce jeudi matin, les habitants rencontrés n'en reviennent pas. "Je suis sidérée", lance notamment une citadine dans le reportage en tête de cet article. "On était choqués parce qu'on ne s'attendait pas à ça au final", abonde une autre tandis qu'un autre habitant réclame la présomption d'innocence.


La rédaction de TF1 Reportage - Julien Cressens, Nadia Hadj Bouziane, Grégory Martin

Tout
TF1 Info