Emmanuel Macron avait promis la fin des zones blanches pour la fin 2020. Cependant, la crise sanitaire a freiné les travaux, isolant certaines localités françaises comme dans l'Orne. Comment luttent-elles pour obtenir le réseau mobile et internet ?

À Saint-Georges-d'Annebecq (Orne), les habitants font face à une couverture réseau insuffisante et accès plus que limité à Internet. Ils se sentent pénalisés et pour faire bouger les choses, ils ont décidé de se mobiliser avec une pétition adressée au maire. Elle a été signée par la moitié de la commune, soit 80 habitants. Et c'est trop peu pour peser dans les décisions.

La fin des zones blanches en France, Emmanuel Macron l'avait promise pour la fin 2020, après un accord avec les opérateurs télécom et trois milliards d'euros d'investissement. Depuis trois ans, 3 000 sites ont été identifiés dans l'Hexagone, mais la crise sanitaire a freiné les travaux. En conséquence, certains Français se sentent toujours isolés. Leur demande est pressante pour recevoir Internet, car le réseau ADSL qui passe par les lignes téléphoniques classiques est vieillissant et limité en débit.

Dans l'Orne, le département promet à un internet haut débit via la fibre d'ici 2023, mais certains habitants en ont besoin dans l'immédiat. Ils sont obligés d'aller chercher des solutions alternatives. À Mortagne-au-Perche par exemple, plusieurs communes ont investi dans un relai hertzien pour alimenter un centre de télétravail. Résultat, la connexion y est dix fois plus performante et les entreprises sont au rendez-vous.


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info