Vacances : l'heure des grands départs

Vacances : pourquoi les Français sont-ils si nombreux à partir en juillet ?

Virginie Fauroux | Reportage vidéo Yaël Chambon et Nicolas Forestier
Publié le 6 juillet 2022 à 10h02
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

Cet été, 21 millions de Français vont partir en juillet.
C'est 2 millions de plus qu'avant la crise sanitaire.
Pourquoi une telle affluence ?

L'heure des grands départs en vacances a sonné, et malgré quelques angoisses liées à de possibles nouvelles grèves aux aéroports le week-end prochain, les Français sont plus nombreux cette année à faire leurs valises en juillet. Selon Didier Arino, le directeur général du cabinet Protourisme, "ils seront 21 millions, soit près de 2 millions de plus qu'avant la crise"

Une tendance qui se confirme depuis quelques années. En effet, si le mois d'août est toujours plébiscité, le volume de départ en juillet tend à rejoindre celui d'août, comme le montre une étude d'ADN-Tourisme publiée fin juin. Celle-ci évalue que 54% des séjours des Français auront lieu en août, contre 48% en juillet 2022. Un engouement qui "tient en partie aux prix moins élevés qu'en août", explique à TF1info Benoît Artige, d'ADN Tourisme. 

"Plus calme" et "moins cher"

Illustration sur la promenade d'Arcachon, où les premiers vacanciers viennent d'arriver. Contrairement aux années précédentes, certains n'ont pas attendu le mois d'août. "C'est la première année où on part en juillet, pour tester tout simplement, pour voir comment ça se passe. Et puis finalement, on est agréablement surpris, on est très contents", confie un couple dans la vidéo du JT de 20H de TF1 en tête de cet article.

Même constat au camping "Ker Helen", au Teich (Gironde) : rempli à 35% aujourd'hui, il sera complet dès samedi. Certains campeurs pensent avoir une explication à cette affluence inhabituelle. "Le camping est relativement calme et un petit peu moins cher aussi à cette période, plutôt qu'en août", déclare une jeune femme. "Le camping est moins cher jusqu'au 14 juillet, après ça commence à flamber", renchérit une autre vacancière. Ce que confirme Lionel Pujade, le directeur. "Début juillet, vous arrivez à trouver du locatif pour une petite famille de quatre personnes pour 500 à 600 euros, c'est peut-être ça qui attire aussi les gens", explique-t-il. 

Une bonne nouvelle pour le secteur du tourisme

A "L'hôtel de la Plage", il n'y aura pas de différence de prix entre juillet et août, pourtant le constat est le même. "C'est bien la première année où on a autant de réservations en juillet, et plus qu'au mois d'août. C'est un changement de comportement qu'on a quand même du mal à analyser, si ce n'est le fait que les gens ont quand même besoin de vacances, besoin de prendre l'air, besoin de sortir", souligne Jean-Yves Arnaud, le directeur.

Cette tendance est une bonne nouvelle pour le secteur du tourisme. "On a plus de partants en juillet alors qu'on a quasiment le même nombre en août, à peu près 24 millions cette année, pour le grand bénéfice des acteurs du tourisme qui peuvent avoir un étalement des flux touristiques sur l'ensemble de la saison", se félicite auprès de TF1info Didier Arino, qui ajoute que 85% des Français vont passer leurs vacances dans l'Hexagone. 

Quant aux profils des vacanciers, nul besoin désormais d'opposer juillettistes et aoutiens. "Il y a trente ans, on disait que les juillettistes, c'était la bonne clientèle, et les aoutiens, c'étaient les populos, parce qu'avant les usines fermaient en août. Mais maintenant, on a presque une inversion du phénomène, avec des gens à petits budgets en juillet qui profitent des quinze premiers jours moins chers ; on a aussi une clientèle plus jeune et des seniors. Et les familles, elles partent plutôt en août", détaille encore Didier Arino. 

Lire aussi

Côté transports, la SNCF table sur un "été record", le niveau de réservations dépassant fin juin de 10% celui, déjà record, de 2019 à la même date. Pour la plateforme BlaBlaCar, l'activité de 2022 devrait se rapprocher de celle de 2019, avec 4,5 millions de voyageurs attendus cet été sur son réseau de covoiturage et de bus.


Virginie Fauroux | Reportage vidéo Yaël Chambon et Nicolas Forestier

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info