La France fait-elle les bons choix face au virus ?

Val-de-Marne : une fête clandestine avec plus de 300 personnes dégénère, au moins un participant positif au Covid

TG
Publié le 15 novembre 2020 à 7h23
JT Perso

Source : JT 20h WE

DÉRAPAGE - Une fête dans un loft a rassemblé entre 300 et 400 personnes, vendredi soir, à Joinville-le-Pont (Val-de-Marne). Au cours de leur intervention, les policiers ont essuyé des jets de projectiles.

Où ça, un confinement ? Appelés vendredi soir par un riverain en raison d'un tapage nocturne à Joinville-le-Pont (Val-de-Marne), les policiers se sont retrouvés au cœur d'une fête. Ou plutôt, une boîte de nuit : entre 300 et 400 personnes étaient rassemblées dans un loft. La soirée a rapidement dégénéré à l'arrivée des forces de l'ordre, ces derniers essuyant des jets de projectiles.

Selon Le Parisien, qui révèle l'information, les forces de l'ordre sont arrivées vers 2 heures du matin. Le lieu, un loft qui serait loué par son propriétaire pour des soirées clandestines, se situe dans un pavillon ultra sécurisé. C'est un convive qui, quittant la fête, permet à la douzaine de policiers d'entrer.

Lire aussi

Deux grenades de désencerclement utilisées

La porte du loft est, elle, gardée par un vigile. Quand ce dernier permet aux policiers de pénétrer des lieux, ils découvrent une véritable discothèque, faisceaux lumineux et bar installé pour l'occasion. L'ambiance est lourde : une bagarre a éclaté, impliquant "une centaine d’individus" parmi les fêtards, a précisé la branche locale du syndicat Unité SGP Police.  

Selon le quotidien, les convives pensent dans un premier temps que les policiers sont des personnes déguisées. Les fonctionnaires sont finalement pris à partie. Au point de devoir jeter deux grenades de désencerclement. S'ensuit une scène de panique, les invités cherchant à quitter les lieux. L’un d'entre eux a été retrouvé un peu plus tard dans une rue adjacente, grièvement blessé à l’œil et dénonçant un tir de LBD. Il a été pris en charge par le Samu.

Une enquête notamment pour violences volontaires sur personnes dépositaires de l'autorité publique a été ouverte samedi, a appris LCI auprès du parquet de Créteil.

Cette grave entorse aux règles du confinement pourrait par ailleurs avoir des conséquences sanitaires. Dans un tweet, la préfecture de police de Paris indique samedi qu'au moins un des convives était positif au Covid-19. Tous les participants sont donc invités à se faire dépister dans les plus brefs délais.


TG

Tout
TF1 Info