VIDÉO - Violences conjugales, ces signes pour appeler à l’aide

Léa Bons & Flore Galaud
Publié le 12 juin 2020 à 18h33, mis à jour le 17 juin 2020 à 14h52
JT Perso

Source : Sujet TF1 Info

SIGNAL D'ALERTE - On ne le répétera jamais assez, certains gestes peuvent sauver des vies. En 2018, 121 femmes ont été tuées par leur partenaire ou ex-partenaire, soit une femme tous les 3 jours. Reste qu'il est parfois difficile pour les victimes de pouvoir porter plainte ou de signaler leur détresse mais des signes permettent de demander discrètement de l'aide. Les voici.

En France, 219.000 femmes sont victimes de violences commises par leur ancien ou actuel partenaire et rien qu’en 2018, 121 femmes ont été tuées dans ces circonstances. S’il est souvent difficile pour les victimes de porter plainte ou de signaler leur détresse, Il existe désormais certains signes pour appeler à l’aide discrètement. 

Dans l'Hexagone, c'est le point noir au creux de la main qui est en rigueur depuis la campagne "Black dot campaign", lancée par l'association "Mettez du rouge", en partenariat avec Facebook en 2015. Mais dans d'autres pays, d’autres signaux d’alerte existent comme au Canada, où c'est le pouce replié dans la main qui permet d'être identifier (retrouvez tous ces signaux d'alerte dans la vidéo ci-dessus). 

Rappelons qu'en France, toutes les violences conjugales sont interdites par la loi, qu'elles touchent un homme ou une femme, qu'elles soient physiques, psychologiques ou sexuelles. Qu'ils s'agissent par ailleurs des violences commises au sein des couples mariés, pacsés ou en union libre.

La victime de violences conjugales qui signale les faits peut bénéficier de nombreuses mesures de protection de la part des institutions publiques et des associations. En outre, ces mesures peuvent même s'étendre aux enfants. Un numéro national de référence existe, il s'agit du 3919. Vous pouvez également vous signaler sur le site de service-public.fr.


Léa Bons & Flore Galaud