Villeurbanne : saisie historique de quatre tonnes de gaz hilarant, plusieurs interpellations

La rédaction de LCI
Publié le 12 octobre 2021 à 16h39
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

STUPÉFIANT - La police a réalisé fin septembre une saisie record de protoxyde d'azote, familièrement appelé "gaz hilarant". Quatre tonnes de cette substance ont été retrouvées à Villeurbanne, près de Lyon, a annoncé ce mardi une source proche du dossier.

Quatre tonnes de protoxyde d'azote, aussi appelé gaz hilarant, ont été saisies fin septembre à Villeurbanne, près de Lyon, a-t-on appris ce mardi de source proche du dossier. Au total, la police a mis la main sur une centaine de bouteilles d'un litre, ainsi que des bouteilles de 4 litres. 

Plusieurs personnes ont également été interpellées, a précisé la même source, confirmant une information de FranceInfo. "L’enquête ouverte par le parquet de Lyon des chefs de travail dissimulé en bande organisée, vente à la sauvette et vente ou distribution de produit spécifiquement destiné à faciliter l’extraction de protoxyde d’azote pour en obtenir les effets psychoactifs est toujours en cours", précise le parquet.

En vente libre, le gaz hilarant, que l'on trouve sous forme de cartouches pour les siphons à chantilly ou dans le milieu médical dans un but anesthésiant, est prisé des fêtards et des jeunes, qui en détournent son usage pour son effet euphorisant.

La consommation du protoxyde d'azote présente néanmoins de nombreux risques pour la santé, parmi lesquels l'asphyxie, la perte de connaissance, des brûlures, mais aussi, en cas d'usage répété et/ou à fortes doses, de sévères troubles neurologiques, hématologiques, psychiatriques et cardiaques, précise sur son site internet la Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives.

Un accident en septembre sur les Champs-Élysées à Paris

Le 21 septembre dernier, le protoxyde d'azote a également provoqué un grave accident de la route sur les Champs-Élysées, à Paris. Une automobiliste a fauché quatre piétons après que son pied a glissé du frein et s'est bloqué sur l'accélérateur. Selon les premiers éléments fournis par une source policière, cette dernière et la femme qui l'accompagnait auraient fait usage de ballons remplis de protoxyde d'azote peu de temps avant l'accident. Trois victimes ont été hospitalisées en urgence absolue et une enquête a été ouverte.

Lire aussi

Le protoxyde d'azote est inscrit sur la liste 1 des substances vénéneuses et depuis le 1er juin 2021 une loi interdit "de vendre et de distribuer" ce produit "afin d'en obtenir des effets psychoactifs", sous peine d'une amende de 3750 euros. Les sites de commerce en ligne doivent de leur côté spécifier l’interdiction de vente aux mineurs de ce produit. D'autres dispositions visent à interdire la vente à toute personne, mineure ou pas, de ce gaz dans les débits de boissons et de tabac. Le texte prohibe aussi la vente de produits pouvant servir à le fabriquer pour "en obtenir des effets psychoactifs".


La rédaction de LCI

Tout
TF1 Info