Violences sexuelles : les appels au 3919 en nette hausse l'an passé

par J.F
Publié le 22 novembre 2023 à 16h58

Source : JT 13h Semaine

Selon le bilan communiqué ce mercredi par la Fédération nationale solidarité femmes (FNSF), 93.005 appels ont été pris en charge par le 3919 en 2022.
Des chiffres en légère augmentation par rapport à 2021.
Les appels pour violences sexuelles augmentent particulièrement (+26%).

Des chiffres qui continuent d'alerter. Ce mercredi, à l'occasion de Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes, la Fédération nationale solidarité femmes (FNSF) dresse le bilan du nombre d'appels reçu en 2022 par le 3919, la ligne nationale d'écoute pour les femmes victimes de violences. L'année dernière, 93.005 appels ont été pris en charge par les écoutants et écoutantes, des chiffres semblables à ceux de 2021 (92.674), mais deux fois plus élevés qu'il y a 5 ans (46.449 en 2017).

En 2022, 92% des appels concernaient des faits de violences conjugales (+8% par rapport à 2021), 8% des violences sexuelles. La FNSF constate que l'ouverture du 3919 la nuit favorise les révélations de violences sexuelles, et que celles-ci sont en augmentation de 26% comparé à 2021, 99% par rapport à 2020. Les violences sexuelles augmentent également dans le cadre du couple (+26%), idem pour le viol conjugal (+19%).

Les données de la FNSF nous apprennent que les franciliennes sont celles qui sollicitent le plus le 3919. 28% des appels sont émis depuis la région Ile-de-France, 12% depuis Auvergne-Rhône-Alpes. 49% des victimes ont entre 20 et 39 ans, 54% ont un emploi, 33% sont mariées et 28% en concubinage. Dans 70% des cas les violences sont commises par le partenaire régulier, 50% des femmes résident avec le partenaire violent. 52% des victimes veulent quitter le domicile conjugal.

Augmentation des maltraitances directes sur les enfants

L'étude de la FNSF indique également que la précarisation des femmes suite aux violences se confirme. 26% des femmes déclarent des violences économiques, qui entrainent chantage économique (53%), non-participation aux charges et contrôle des dépenses (41%), dépossession des ressources financières (31%), voire ordre de ne pas exercer une activité professionnelle.

Par ailleurs, les maltraitances directes sur les enfants dans les situations de violences conjugales ont augmenté de 46%. Dans 98% des cas, les femmes indiquent qu'ils sont co-victimes.

Ces chiffres pourraient exploser l'année prochaine, puisque la Fédération nationale solidarité femmes indique que 48.874 appels ont été reçus au premier semestre 2023, et table sur un nombre total de coups de fil de 97.748 d'ici fin décembre. Mais ce bilan ne sera définitif et communiqué que dans un an. 2023 pourrait alors se rapprocher des résultats de 2020, lorsque près de 100.000 personnes avaient joint le numéro d'écoute. Cette année-là, le numéro avait été particulièrement sollicité lors des confinements et couvre-feux imposés par la crise de Covid-19. 


J.F

Tout
TF1 Info