Le 20h

VIDÉO - Voitures désossées : les pièces détachées valent de l'or

Léa Tintillier | Reportage TF1 Florian Litzler, Marie Simon Le Gall, Fabrice Maillard
Publié le 28 octobre 2022 à 11h58
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

Depuis quelques mois, les vols de voiture pour les revendre en pièces détachées sont en hausse.
Les malfrats peuvent ainsi s’en sortir avec plusieurs milliers d’euros.
Le 20H de TF1 a mené l'enquête.

Cet été, Quentin s’est fait voler sa voiture, achetée il y a un an. "J’ai regardé par terre s’il n’y avait pas de bris de glace mais il n’y avait rien. Plus de voiture", raconte Quentin. Le véhicule a été volé sur le parking devant chez lui. Le jeune homme se rend alors au commissariat. "Quand j’arrive là-bas, je vois qu’il y a déjà trois personnes qui déposent plainte pour vol de véhicules sur le même parking", poursuit Quentin. 

Ces voitures volées ont fini découpées pour être revendues en pièces détachées. Les pièces étaient stockées dans des conteneurs : sur des photos que vous pouvez voir dans le reportage du 20H en tête d’article, on voit des montagnes de pneus, de parechocs, de volants et des piles de portières. Des voitures donc revendues au détail. Et cette technique serait très rentable. 

Dans une casse, spécialisée dans les pièces détachées, les salariés le constatent régulièrement. L’un d’eux nous montre une voiture dont tout l’avant a été volé. "Ici, il nous manque les ailes, les phares, tout ce qui est bloc radiateur avec le parechoc et le capot", montre-t-il. Et les voleurs se sont aussi servis à l’intérieur. Le tableau de bord et le volant ont aussi été revendus au détail. "Un tableau de bord complet comme ça, il faudrait compter à peu près 1500 euros, explique le salarié. Pour un volant complet avec la colonne et les airbags, il faudrait compter à peu près 1000 ou 1500 euros. C’est tout à fait rentable. Pour voler un véhicule comme ça, il vous suffit d’un appareil électronique qui coûte entre 2000 et 3000 euros à l’achat, donc automatiquement, quand on renvoie un véhicule complet comme ça détaillé, on peut s’en sortir avec 4000 ou 5000 euros", ajoute-t-il. 

Des vols en augmentation de 3%

Un gain qui attire les malfrats. En France, le nombre de vols de pièces détachées a augmenté de 3% ces derniers mois. Il y a deux principaux canaux de revente : certains voleurs le font directement sur Internet ; d’autres envoient les pièces par camion en Europe de l’Est. 

Lire aussi

C’est justement l’un de ces réseaux qu’a démantelé la gendarmerie du Val-d’Oise fin septembre. Les suspects sont accusés d’avoir volé et démonté 48 voitures en quelques mois. "Il ne restait quasiment plus rien des voitures. Elles étaient vraiment désossées, découpées entièrement", relate le colonel Petit. Il décrit des voleurs professionnels. "Ils faisaient en gros deux à trois périples par semaine. On est sur des gens qui avaient un matériel dédié à ces vols de véhicules et qui clairement agissaient dans le cadre d’une bande organisée", explique le colonel Petit. 

En France, sur dix voitures volées, neuf le sont de manière électronique, via l’ordinateur de bord du véhicule. Le meilleur moyen de décourager les voleurs reste d’installer à l’intérieur une canne antivol. 


Léa Tintillier | Reportage TF1 Florian Litzler, Marie Simon Le Gall, Fabrice Maillard

Tout
TF1 Info