Diego Maradona, la légende du football argentin, est mort

Argentine-Angleterre : "Main de Dieu" et "but du siècle", comment Maradona entra dans la légende

La rédaction de LCI
Publié le 25 novembre 2020 à 20h31, mis à jour le 25 novembre 2020 à 21h59
JT Perso

Source : TF1 Info

L'essentiel

EXPLOIT – Face à l’Angleterre en quarts de finale du mondial 1986, le numéro 10 de la sélection argentine inscrit deux buts, la "main de Dieu" et le "but du siècle", qui entreront dans l’histoire.

Si un match devait résumer le génie roublard de Diego Maradona, c’est bien celui-là. Le 22 juin 1986, l’Argentine affronte l’Angleterre en quarts de finale de la Coupe du monde, sur fond de tensions diplomatiques. Ce jour-là, les Argentins attendent beaucoup de l’Albiceste et comptent prendre leur revanche sur les Britanniques, qui les ont battus quatre ans plus tôt lors de la Guerre des Malouines, un archipel à l'est du pays. A la 51e minute, alors que les deux équipes sont à égalité 0 à 0 après une première mi-temps peu agitée, Maradona devance la sortie de Peter Shilton, le gardien de but anglais, et envoie le ballon dans les cages à l’aide de sa main gauche. Ne voyant pas la faute, l’arbitre ne siffle pas : le but est validé. 

Le geste était volontaire, avouera-t-il à la presse, après la rencontre : "Ce but, je l’ai marqué un peu avec la tête et un peu avec la main de Dieu", une expression qui deviendra légendaire. Dans ses mémoires, intitulées Mi mundial, mi verdad (Mon mondial, ma vérité), le joueur argentin se souvient de cette main, qui a créé la polémique et marqué le monde du football et au-delà. Il écrit : "C’est venu tout seul, comme sur les terrains de quartier. Je mesure 1,66m et Shilton, 1,85m, je n’avais aucune chance. Alors, j’ai sauté comme une grenouille et j’ai fait 'tac' avec le poing gauche". L'action restera dans les annales. 28 ans plus tard, l'Anglais Gary Lineker, adversaire de Maradona ce jour-là, en rigolera avec l'intéressé, sur un plateau lors de la Coupe du monde 2014 : "Ça fait 28 ans aujourd'hui. Comment ça va, la main ?"

Merci Dieu, pour le football, pour Maradona, pour ces larmes

Le commentateur Victor Hugo Morales

Mais El Pibe de oro n’a pas fini de montrer son génie : cinq minutes plus tard, il traverse le milieu du terrain, subjuguant rien de moins que six joueurs anglais, avant de faire trembler les filets du pied gauche. Une réalisation qui sera récompensée du titre de plus beau but de l’histoire de la Coupe du monde. L’action aura duré onze secondes mais fera couler beaucoup d’encre. "Maradona, lors d'une action mémorable, la plus belle action de tous les temps... Un cerf-volant cosmique... De quelle planète viens-tu pour laisser sur ton chemin autant d'Anglais... Merci Dieu, pour le football, pour Maradona, pour ces larmes", exultera sur le moment le commentateur sportif uruguayen Victor Hugo Morales. 

Si les Anglais parviennent à réduire le score à la 81e minute, ils ne parviendront pas à égaliser. La sélection argentine accède alors aux demi-finales du mondial face à la Belgique et donne une nouvelle occasion au numéro 10 de briller par son talent. Le génial Argentin finira son récital lors de cette Coupe du Monde sur un titre mondial, arraché de haute lutte contre la RFA en finale. Une compétition dont il terminera, évidemment, avec le titre de meilleur joueur.