Avant PSG-Guingamp, Laurent Blanc parle de turnover, de Zlatan, de Verratti et... des incidents au Vélodrome

Hamza Hizzir
Publié le 21 septembre 2015 à 17h33
Avant PSG-Guingamp, Laurent Blanc parle de turnover, de Zlatan, de Verratti et... des incidents au Vélodrome

LIGUE 1 - Comme souvent depuis le début de saison, Laurent Blanc s'est montré plutôt bavard en conférence de presse ce lundi, à la veille de la réception de Guingamp. L'entraîneur du PSG a ainsi évoqué ce match, les deux points perdus à Reims samedi et plein d'autres choses encore.

Sur l'équipe qu'il alignera face à Guingamp
"Sauf surprise de dernière minute, tout le monde est disponible. À part Serge Aurier, qui est suspendu, on déplore juste quelques bobos d'après-match, mais qui ne remettent pas en cause la participation de personne. En ce moment, on laisse échapper des points (nuls 2-2 contre Bordeaux et 1-1 à Reims lors des deux derniers matchs), donc j'alignerai une équipe très compétitive, parce qu'on doit absolument gagner."

Sur les incidents d'OM-OL dimanche soir
"Je me suis concentré sur le match, que j'ai trouvé bon. Mais, bien sûr, j'ai constaté des dérapages. Ce n'est pas la première fois que ça arrive. Je pense qu'il faut prendre des décisions très sévères pour éradiquer tout ça, avec l'Euro 2016 qui arrive. Ça se passe partout, bien au-delà de Marseille. Et ça existe depuis très longtemps. C'est pour ça que ça va être compliqué. On a l'impression que le terrain de foot est le seul endroit, dans notre société, où les gens peuvent s'exprimer comme ils veulent. Ce n'est pas normal. On ne peut pas faire tout ce qu'on veut, et heureusement."

Sur une éventuelle rotation au poste de gardien
"Gardien, c'est un rôle très spécial. Il y aura une rotation mais seulement quand arriveront les coupes nationales. Après, oui, il y a une concurrence, mais je ne sortirai le titulaire que si je ne suis plus content de lui. Là, ce n'est pas d'actualité."

Sur l'irrégularité de son équipe
"Tous nos débuts de saison sont compliqués à Paris. Là, on a pris 14 points sur 18, ce qui est déjà mieux que l'an dernier. Il y a des adversaires qui arrivent à nous prendre des points. Alors oui, on doit certainement se remettre en question, réactiver la concurrence, mais les joueurs doivent aussi être bons quand on leur donne du temps de jeu. On préfère tous les matchs de Ligue des champions et, pour que nos joueurs clés y soient à 100%, les rotations peuvent coûter certains points. Malgré ça, aucune équipe en France n'a plus de points que nous. Au bout de trois matchs, pour vous c'était plié, mais nous on sait que le Championnat se joue en 38 journées. On ne peut pas écraser nos adversaires du début à la fin, ça n'existe nulle part. On perdra d'autres points. Si on avait été dominé par l'adversaire, si on concédait beaucoup d'occasions, je m'inquiéterais mais là, ce n'est pas le cas."

Sur le nul (1-1) à Reims samedi
"Ce que je retiens, c'est qu'on doit être plus efficaces offensivement. Au staff et à moi de rectifier ça. À Reims, si on ne prend pas de but, je pense qu'on ne marque pas... Malgré notre supériorité, notre domination, nous n'avons pas su faire le geste juste au bon moment. Parfois, quand tu mènes 2-0 à dix minutes de la fin, tu peux te retrouver à gérer inconsciemment en vue du prochain match dans trois jours. À Reims non, c'est juste qu'on n'y est pas arrivé."

Sur le turnover
"Il n'y a pas de cas Pastore ou Sirigu, il y a toujours 11 ou 12 joueurs qui ne jouent pas et qui ne sont pas contents. On ne peut pas jouer à 25. Oui, Di Maria ajoute de la concurrence en attaque, ça veut simplement dire qu'il va falloir être très, très fort pour beaucoup jouer avec le PSG cette année. Ça fait partie de la gestion d'un effectif. La rotation se fait naturellement, en fonction des blessures, des méformes, des suspensions. J'ai un groupe à faire vivre."

Sur Zlatan Ibrahimovic
"Zlatan vous inquiète tout le temps, parce que c'est un personnage. C'est normal d'être exigeant avec un grand joueur. Il n'est pas au top de sa forme et il marque moins. Mais ça va se régler très vite. S'il est sur le déclin ? Soyez patients, vous aurez bientôt la réponse. Vous voulez faire le buzz avec lui mais attendez un peu, comme vous le faites avec d'autres. La meilleure réponse qu'il puisse vous donner, c'est sur le terrain."

Sur Marco Verratti
"C'est un très, très grand joueur, mais il est meilleur quand il joue avec certains que quand il joue avec d'autres, parce qu'il faut partager sa philosophie, son goût pour la prise de risques. Parfois, il me donne des cheveux blancs supplémentaires, mais j'adore ça. Je pense qu'il est meilleur quand quelqu'un le soulage des obligations défensives. C'est un créateur devant la défense. On le dit peu mais il court énormément, partout. Il est un peu indiscipliné, tellement il est généreux. Son meilleur rôle, ce n'est pas sentinelle. Marco reste Marco. Il veut garder le ballon. Lui n'a pas cette dureté dans l'impact. Avec Thiago Motta, ils s'entendent à merveille, ils jouent ensemble les yeux fermés. Il a les qualités pour jouer plus haut, il commence à le comprendre. Il a la technique pour donner des passes décisives."


Hamza Hizzir

Tout
TF1 Info