NBA : les Cleveland Cavaliers rois de Paris, avant le retour attendu de Wembanyama en 2025

Publié le 12 janvier 2024 à 8h17, mis à jour le 12 janvier 2024 à 16h18

Source : TF1 Info

Devant une Accor Arena à guichets fermés, les Cleveland Cavaliers ont dominé les Brooklyn Nets (111-102), jeudi 11 janvier, à l'occasion du match de NBA délocalisé à Paris.
La franchise de l'Ohio, portée par Donovan Mitchell (45 points), a déroulé son basket sous les yeux d'un parterre de stars, à un an de la probable venue de Victor Wembanyama.

Donovan Mitchell a enflammé l'Accor Arena. Incandescent de bout en bout (45 points, 12 rebonds, 6 passes et 4 interceptions), le meneur arrière américain de Cleveland a porté les Cavs contre les Brooklyn Nets (111-102), jeudi 11 janvier, à l'occasion du NBA Paris Game 2024, le troisième match de saison régulière délocalisé en France depuis 2020. Devant l'arène bouillante de Bercy, qui avait fait salle comble, avec quelques vedettes en courtside - Tony Parker, Joakim Noah, Kylian Mbappé, David Beckham, Ronaldo, Matt Pokora, Pharrell Williams... -  la franchise de l'Ohio a plié la partie en à peine deux quart-temps (54-34).

Mais alors que les Cavaliers semblaient se diriger tranquillement vers un succès confortable, les quelque 15.000 fans ont vibré lors d'un dernier quart-temps âpre et disputé, durant lequel les deux équipes se sont rendu coup pour coup. Les Nets sont revenus à 7 points (91-84) sur un "2+1" (panier plus faute) de Mikal Bridges (26 points) à cinq minutes de la fin du match, marquée par une échauffourée entre les joueurs (bancs compris), après un chambrage de Nic Claxton qui a dunké sur Tristan Thompson. Un réveil trop tardif pour empêcher le champion NBA 2016 de rafler un quatrième succès de suite qui le replace dans la Conférence Est.

"Donovan (Mitchell) était prêt pour ce moment. Il a offert aux fans ce qu'ils étaient venus chercher, nous a aidé à gagner le match en donnant le ton dès le premier quart-temps", a salué le coach de Cleveland, J.B. Bickerstaff. "Ça ne ressemblait pas vraiment à un match de saison régulière. (...) C'était intéressant de voir les fans choisir un camp et encourager leur équipe, pas seulement la nôtre." "Sur la fin de match, on a réagi en tant qu'équipe pour reprendre le match en main, car Brooklyn n'a pas arrêté de se battre. (...) Mes tirs ont fini par rentrer quand ça comptait le plus", s'est réjoui "Spida", récompensé par les "MVP ! MVP !" de l'Accor Arena, qu'il "adorerait" retrouver dès cet été, lors des Jeux olympiques avec "Team USA".

Une Accor Arena qui pourrait être électrisée, en 2025, par le très probable retour de Victor Wembanyama en France, avec une affiche San Antonio Spurs-Indiana Pacers. La franchise texane de "Wemby" pourrait même disputer deux matchs dans l'Hexagone. "C'est une solution à laquelle nous réfléchissons", a confirmé le patron de la NBA, Adam Silver, en marge de la rencontre. Une idée adoubée par Tony Parker. "Les Spurs à Paris, c'est une très très bonne nouvelle", a lâché sur Canal+ la légende de San Antonio, quadruple champion NBA et premier "Hall of Famer" français. "En plus deux matchs..."


Yohan ROBLIN

Tout
TF1 Info