COUPE D'EUROPE - Au terme d'un match disputé, les coéquipiers d'Antoine Dupont et de Romain Ntamack l'ont emporté (22-17), samedi 22 mai face à des Rochelais qu'une expulsion en première période n'a pas empêché de se montrer particulièrement valeureux.

C'était le retour de la France au sommet du rugby de club européen. Après six ans d'attente, depuis le sacre du RC Toulon, entrecoupées de trois défaites en finale, signées Clermont et le Racing 92, qui, du novice rochelais ou de l'épouvantail toulousain, allait ramener le trophée à la maison ? 

Au bout d'une finale particulièrement disputée, devant les 10.000 spectateurs du Stade Twickenham, ce sont finalement les Rouge et Noir qui l'ont emporté. Mais que ce fut dur ! Certes inexpérimenté à ces hauteurs européennes, le Stade Rochelais opposait au plus grand club de l'histoire de France une partition particulièrement musclée en première période. Au 100% au pied de l'ouvreur Romain Ntamack, répondait avec la même précision Ihaia West. Les Rochelais, réduits à 14 après le carton rouge de leur trois quarts centre Botia, auteur d'un plaquage dangereux à l'épaule, viraient même en tête à la mi-temps (12-9).

La Rochelle, les trois quarts du match en infériorité numérique

Au retour des vestiaires, les Toulousains égalisaient, toujours grâce à Ntamack. Et franchissaient la ligne d'en-but une première fois, sans parvenir à aplatir. Ce ne sera que partie remise. À la 60e, le centre argentin Juan Mallia concluait une sublime action initiée par Romain Ntamack puis Tolofua et inscrivait le premier essai de la partie. N'tamack transformait, et en remettait une couche 10 minutes plus tard, offrant 10 points d'avance aux siens à 10 minutes de la fin. 

Mais c'était sans compter sur l'opiniâtreté des Charentais qui remettaient la main sur le ballon et tamponnaient à qui mieux-mieux les cinq derniers mètres toulousains. Le travail des avants rochelais finit par payer, grâce au demi de mêlée Kerr-Barlow. Un essai non bonifié, mais qu'à cela ne tienne : les Rochelais sont à un essai de leurs adversaires et n'ont pas dit leur dernier mot. Jusqu'à la fin, les hommes de Jono Gibbes maintiennent une pression folle sur le camp toulousain. 

Une dernière mêlée sous pression dans 40 mètres Rouge et Noir signeront les dernières sueurs froides des supporters occitans. Antoine Dupont récupère finalement l'ovale et l'expédie en tribune. Toulouse est champion d'Europe, 11 ans après son dernier titre. 


Antoine RONDEL

Tout
TF1 Info