Chez les Windsor, le football est une affaire royale.
La famille se divise autour du ballon rond, chaque membre du clan ayant son équipe et ses couleurs favorites.
Si Elizabeth II avait un faible pour les "Gunners", Charles III, son héritier sur le trône britannique, se passionne pour un club plus anonyme.

Il se dit qu'Elizabeth II était une fan d'Arsenal. Alors qu'il a été suggéré qu'elle supportait West Ham, la reine d'Angleterre aurait nourri, en réalité, une affinité secrète avec le club du borough d'Islington, au nord de Londres. "Sa Majesté aime Arsenal depuis plus de 50 ans", avait révélé en 2007 une source royale au tabloïd The Sun, qui avait consacré la Une de son édition du 23 avril à ce scoop. Un indice pour confirmer son penchant :  en 70 ans de règne, la cheffe du Commonwealth n'a convié qu'une équipe à Buckingham Palace, un privilège unique qu'elle a réservé... à Arsenal. 

Le 15 février 2007, Arsène Wenger et ses joueurs ont partagé le tea time avec la monarque, qui leur avait lancé l'invitation pour s'excuser après avoir manqué l'inauguration de l'Emirates Stadium. Une visite retracée dans une vidéo, repartagée en masse, depuis l'annonce de sa disparition, jeudi 8 septembre, à l'âge de 96 ans, dans son château écossais de Balmoral.

Ce clip, qui contient plusieurs séquences cultes, montre le capitaine Thierry Henry présenter ses coéquipiers, un à un, à Elizabeth II. À cette occasion, elle se serait laissé aller à quelques confidences. "Il semble que la reine suive le football et elle nous a dit qu'elle était fan d'Arsenal", avait affirmé sur une radio espagnole le milieu Cesc Fabregas. Le sujet est sensible outre-Manche, ce faible pour les Gunners n'a été confirmé ni infirmé, la souveraine ayant toujours pris soin de taire le nom de l'équipe qui faisait chavirer son cœur, comme le prescrit sa neutralité royale.

Un fan invétéré du FC Burnley

Si la reine d'Angleterre était une partisane d'Arsenal, ce qui serait aussi le cas de son petit-fils Harry, ce que le duc de Sussex avait laissé entendre dans une discussion lors d'un déplacement en Nouvelle-Zélande, les autres membres de la famille royale supportent d'autres couleurs. 

À l'image du prince William, supporter assumé d'Aston Villa qu'il fréquente depuis l'enfance. "Tous mes amis à l'école étaient soit des fans de Manchester United, soit des fans de Chelsea et je ne voulais pas faire comme eux", expliquait le nouveau prince de Galles en 2015 à la BBC. "Je voulais supporter une équipe de milieu de tableau qui pourrait me donner plus de moments de montagnes russes émotionnelles." À la même époque, Kate a indiqué, elle, porter sa préférence sur Chelsea. 

Qu'en est-il de Charles III ? Le fils aîné d'Elizabeth, officiellement proclamé roi d'Angleterre, samedi 10 septembre, n'a jamais caché son affection pour le Burnley FC. Né à Buckingham Palace, il supporte le club de l'East Lancashire, au nord de Manchester. En 2010, il s'était rendu à Turf Moor, le stade des Clarets. Une visite privée immortalisée par une série de clichés, le montrant notamment poser avec un maillot floqué "H.R.H" ("His Royal Highness", qui signifie "Son Altesse Royale" en anglais).

Un attachement confirmé deux ans plus tard. En 2012, alors qu'il participait à une œuvre caritative dans la région, l'héritier du trône britannique avait déclaré sa flamme aux Clarets. "Burnley a traversé des moments très difficiles et j'essaie de trouver des moyens d'aider à régénérer et à accroître les aspirations et l'estime de soi dans cette partie du monde", avait-il expliqué. En guise de remerciements, les dirigeants du club - aujourd'hui entraîné par l'ex-international belge Vincent Kompany et qui évolue en Championship, la deuxième division du football anglais - lui avaient offert un abonnement VIP. Un cadeau qu'il n'aurait, à ce jour, pas encore utilisé. 


Yohan ROBLIN

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info