Compétitions de patinage : Papadakis et Cizeron s'offrent un break pour un an

Thomas Guien
Publié le 20 juin 2022 à 11h40
JT Perso

Source : JT 20h WE

Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron vont faire une pause d'une année.
Les champions olympiques de danse sur glace ne prendront part à aucune compétition, seulement des galas.

Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron rangent leurs patins à glace. Quelques mois après leur consécration olympique et une cinquième couronne mondiale en danse sur glace, les deux sportifs ont décidé de ne prendre part à aucune compétition la saison prochaine. Sans "fermer la porte" à une reprise dans un an.

"On a décidé de prendre un petit break de la compétition, de prendre le temps de se reposer et de se concentrer plus sur les spectacles et les tournées de gala", explique Guillaume Cizeron dans un entretien à l'AFP et l'Equipe. "La chose dont on est sûrs, c'est qu'on ne fera pas la saison prochaine. Et pour le reste, toutes les portes sont encore ouvertes", ajoute Gabriella Papadakis.

"On va quand même être assez occupés"

"Cela n'a pas été vraiment une décision difficile à prendre, ça a été difficile à confirmer peut-être parce que c'est nouveau pour nous, on n'avait jamais pris ce genre de décision", explique Gabriella Papadakis. "Mais en même temps, je pense que c'était évident qu'on avait tous les deux besoin de se reposer et qu'on ne reprendrait pas les compétitions à l'automne."

Les deux patineurs manqueront notamment les Mondiaux-2023 de Saitama (Japon) et consacreront donc leur saison 2022-2023 à des tournées et des spectacles. Ils en profiteront surtout pour mettre leur corps au repos après plus de 17 années de carrière intense. "On ne va pas s'entraîner tous les jours corps et âme. Physiquement, ça va être très reposant", savoure Cizeron. Au programme de leur année de pause : "Pas mal de galas, d'événements en France, des choses à faire... On va quand même être assez occupés", concède Papadakis. 

Et après ? "Si on arrêtait complètement, on dirait qu'on arrête complètement", assure Guillaume Cizeron. "Là, on dit qu'on prend un an de break parce qu'on ne ferme pas la porte à éventuellement reprendre la compétition." 


Thomas Guien

Tout
TF1 Info