La Coupe du monde 2022 sur TF1

Coupe du monde 2022 : comment le Danemark est devenu la bête noire de Kylian Mbappé (et des Bleus)

par Maxence GEVIN
Publié le 26 novembre 2022 à 15h21
JT Perso

Source : TF1 Info

La France retrouve samedi le Danemark, déjà dans son groupe lors de la Coupe du monde 2018.
Cette rencontre promet d'autant plus que les Scandinaves l'ont déjà emporté à deux reprises en 2022 contre les tricolores.
À chaque fois, les joueurs de Kasper Hjulmand étaient parvenus à limiter l'apport de Kylian Mbappé.

Premier test pour les champions du monde en titre. Après un premier match convaincant contre l'Australie (4-1), qui a levé une bonne partie des doutes autour de cette équipe de France, les Bleus veulent enchaîner samedi contre le Danemark (17h, en direct sur TF1 Info). C'est déjà la troisième confrontation entre les deux nations en 2022, les deux premières - en Ligue des nations - ayant tourné à l'avantage des coéquipiers de Christian Eriksen (1-2 en juin puis 2-0 en septembre). Ce duel, qui devient un classique ces dernières années, constitue donc un test grandeur nature pour des tricolores arrivés au Qatar avec plus de doutes que de certitudes (une seule victoire sur les six derniers matchs).

Un effort collectif pour limiter l'impact de Mbappé

La rencontre est d'autant plus intéressante à suivre que les Danois ont souvent trouvé des solutions face à l'attaque des Bleus (un petit but marqué sur les trois derniers face-à-face). Convaincant face à des Socceroos qui n'ont pas tenu la distance lors de l'entrée en lice des tricolores, le trio Mbappé-Giroud-Dembélé a une tout autre équation à résoudre ce samedi face à des Scandinaves costauds dans l'axe et passés maîtres dans l'exercice d'un pressing haut. La lumière, si elle doit venir, viendra certainement d'un Kylian Mbappé extrêmement bien tenu par les joueurs de Kasper Hjulmand plus tôt dans l'année. Harcelé et éloigné de ses positions préférées, le natif de Bondy n'était pas parvenu à trouver la faille (0 but ou passe décisive). 

Généralement très haut sur le terrain, ce qui laisse des espaces dans le dos de la défense, et malgré la lenteur relative de leur charnière centrale, les Danois n'en restent pas moins très solides. Excellente dans l'anticipation, et grâce à l'activité de son duo du milieu de terrain Delaney-Hojbjerg, la Danish Dynamite trouve toujours, ou presque, un moyen de combler les brèches. Elle n'hésite pas non plus à recourir à des prises à deux ou à trois contre les joueurs offensifs de l'adversaire, comme peut l'être Kylian Mbappé (29 buts, 22 passes décisives en sélection) chez les Bleus. De même, l'activité sans ballon et les déplacements intelligents pour couper les lignes de passes permettent de limiter le nombre de touches de l'attaquant parisien, lui donnant moins d'opportunités pour faire des différences. 

On a plein d’idées pour réduire son influence

Kasper Hjulmand

Sous pression après leur nul contre la Tunisie (0-0), Simon Kjaer and co comptent bien pousser les champions du monde 2018, et la fusée de Bondy, dans leurs derniers retranchements. "Nous n'avons pas peur", a lancé Kasper Hjulmand en conférence de presse, à la veille de la rencontre. "La classe est là, on ne peut pas l’éteindre. Mais on a plein d’idées pour réduire son influence", a-t-il glissé, malicieux. Cependant, "peu importe les plans que vous faites contre des joueurs de haut niveau comme Mbappé, vous ne pouvez pas vous préparer suffisamment", rappelle-t-il. 

Des retrouvailles, oui mais...

Le match de ce samedi pourrait bien, toutefois, ne pas avoir grand-chose à voir avec les précédents affrontements. Déjà, Kylian Mbappé n'avait disputé que 45 minutes contre les Danois en juin dernier, au Stade de France. Le Parisien était, en effet, sorti blessé à la mi-temps. Lors des retrouvailles des deux équipes, trois mois plus tard, le joueur formé à l'AS Monaco n'avait pas trouvé la faille, mais il était parvenu à se procurer de multiples occasions. Occasions qui, s'il avait été dans un meilleur jour à la finition, auraient terminé au fond.

Giroud nous montre qu'il est probablement meilleur qu'il ne l'a jamais été

Kasper Hjulmand

De même, "Kyky" reste, mais le personnel offensif à ses côtés, lui, évolue. Au même titre que l'animation concoctée par Didier Deschamps. Exit Karim Benzema blessé et le 3-4-1-2, retour d'Olivier Giroud, d'Ousmane Dembelé et du 4-3-3. Une équation, de facto, radicalement différente. "Un joueur comme Giroud est bon dans son domaine et c'est un plaisir de voir des attaquants de son âge utiliser leur expérience pour s'améliorer - rester calme, courir dans la surface. Il nous montre qu'il est probablement meilleur qu'il ne l'a jamais été", a souligné le sélectionneur danois, qui compte sur Simon Kjaer, son coéquipier en club, pour neutraliser le co-meilleur réalisateur de l'histoire de l'équipe de France. Ce ne sera pas simple, le buteur du Milan AC apportant davantage d'impact physique dans l'axe et ouvrant des espaces que Kylian Mbappé peut ensuite dévorer. Sans compter l'incertitude créée par ses remises, très justes contre les Socceroos.

Lire aussi

Par ailleurs, le retour au plus haut niveau d'Antoine Griezmann, auteur d'un excellent match contre l'Australie à un poste de milieu relayeur, pose un énième casse-tête aux Scandinaves. Sa science du jeu et sa qualité de passe rendent, en effet, périlleux, le choix de lui laisser davantage de liberté pour se concentrer sur Mbappé. Très libre sur le terrain lors du premier match, c'est finalement lui, peut-être plus que tous ses coéquipiers, qui détient la clé du coffre-fort danois. De quoi rendre inefficace le "plan anti-Mbappé" ? C'est en tout cas ce qu'espèrent les Bleus.


Maxence GEVIN

Tout
TF1 Info