Trois continents - l'Afrique, l'Amérique du Sud et l'Europe - sont représentés en demi-finales de la Coupe du monde.
La France va croiser le fer avec le Maroc (14 décembre, 20h) et l'Argentine va affronter la Croatie (13 décembre, 20h).
Quels que soient les finalistes, et à plus forte raison le vainqueur, cette fin de compétition restera gravée dans les livres d'histoire.

Le dernier carré est connu. Après des quarts de finale d'une grande qualité, la Coupe du monde 2022 aborde son ultime virage avant la finale. Et ces derniers hectomètres ont de quoi nous tenir (encore) en haleine. L'identité des demi-finalistes, sans deux grands favoris - Brésil et Portugal - passés à la trappe au tour précédent, leur donne encore davantage de piment. Croatie, Maroc, Argentine et France... tous peuvent encore l'emporter. Et dans tous les cas, cela fera date. Voici pourquoi. 

La France pour un doublé inédit depuis 60 ans

On a longtemps ressassé la malédiction du champion du monde. Depuis 2006, aucun tenant du titre n'était parvenu à franchir le premier tour lors de l'édition suivante. L'Italie, Espagne puis l'Allemagne se sont ainsi cassées les dents sur la phase de poules après avoir soulevé le trophée. Le pire était donc à craindre pour la France, victorieuse en 2018 et arrivée au Qatar sans véritable certitude et percluse de blessés. C'était sans compter sur des Bleus inoxydables et jamais aussi forts que lorsqu'ils ne sont pas (ou moins) attendus.

La victoire, dans la douleur, contre l'Angleterre (1-2) permet aux joueurs de Didier Deschamps de continuer à rêver. D'une troisième étoile, déjà. D'un invraisemblable doublé, surtout. Depuis 1962, et l'épopée formidable du Brésil de Pelé, aucune équipe n'est parvenue à conserver son titre de champion du monde. 60 ans après, les tricolores ne sont plus qu'à deux marches d'accomplir à leur tour cet immense exploit. 

Le Maroc en pionnier du football africain

Invraisemblable, inspirant, monumental, gigantesque... les qualificatifs commencent à manquer pour qualifier l'aventure du Maroc au Qatar. Quelques mois seulement après la prise de fonction de Walid Regragui, consécutive au licenciement de Vahid Halilhodzic en raison de conflits au sein de l'équipe, les Lions de l'Altas multiplient les exploits. Arrivés en tête d'une poule relevée, devant la Croatie, le Canada et la Belgique, précipitant l'élimination précoce des Diables rouges, ils ont ensuite pris le meilleur sur l'Espagne (0-0, 3-0) et le Portugal (1-0). Le tout en encaissant qu'un seul petit but, excusez du peu. 

Première équipe africaine à se frayer un chemin dans le dernier carré d'une Coupe du monde, le Maroc ne veut pas s'arrêter en si bon chemin. Les coéquipiers d'un Yassine Bounou héroïque rêvent d'une première finale mondiale et, pourquoi pas, d'un premier titre planétaire. Ce serait un tremblement de terre. 

La Croatie, quatre millions d'habitants et une étoile ?

Mais jusqu'où iront les coéquipiers de Luka Modric ? Déjà finalistes en 2018, les Croates remettent le couvert lors de ce Mondial. Dans le sillage d'une défense extrêmement solide incarnée par la révélation Dominik Livakovic et le roc Josko Gvardiol, ils confirment, match après match, qu'ils sont devenus une équipe qui compte sur le Vieux Continent comme au niveau mondial. Après deux rencontres d'anthologie contre le Japon (1-1, 3-1 t.a.b) et surtout contre le Brésil (1-1, 4-2 t.a.b), les revoilà en demi-finales. Pour la troisième fois de son histoire, la deuxième d'affilée. 

Une performance qui force l'admiration lorsque l'on sait qu'il s'agit d'un pays, indépendant depuis seulement une trentaine d'années, de moins de 4 millions d'habitants. Soulever le trophée viendrait consacrer la régularité au plus haut niveau, depuis plusieurs années, des joueurs de Zlatko Dalic mais aussi le travail de formation malgré un réservoir quantitativement limité. Mais plus que tout, ce titre ajouterait une nouvelle ligne dorée au palmarès déjà extraordinaire du maestro Luka Modric (5 Ligues des champions, un ballon d'or, etc.). 

L'Argentine, la première de Messi pour sa der' ?

L'Argentine est en mission. Souvent placée mais plus titrée depuis 1986, l'Albiceleste veut cette fois aller au bout. Au-delà de la troisième étoile sur le maillot, la sélection de Lionel Scaloni veut offrir à sa légende son premier titre dans la plus belle des compétitions. Quand on parle de légende, il est évidemment question de Lionel Messi (4 buts, 2 passes décisives dans ce tournoi). 

Le septuple Ballon d'or, qui a tout gagné en club, a récemment décroché son premier trophée en sélection, avec la Copa America 2021. Lui qui a annoncé qu'elle serait sa dernière veut désormais ajouter une Coupe du monde à sa collection. Un succès aurait, en plus, une portée symbolique extrêmement forte, deux ans après le décès de Diego Maradona. Une étoile pour rendre hommage à une autre, qui nous a quitté. 


Maxence GEVIN

Tout
TF1 Info