La Coupe du monde 2022 sur TF1

France-Pologne : une élimination aux tirs au but ? Le scénario trotte dans la tête des Bleus

par Dylan VEERASAMY
Publié le 2 décembre 2022 à 17h46
JT Perso

Source : TF1 Info

Présent en conférence de presse, ce vendredi, Antoine Griezmann est revenu sur l'éventualité d'une fin de match aux tirs au but face à la Pologne, dimanche.
Et pour cause : le gardien du futur adversaire des Bleus s'est démarqué en arrêtant deux penalties lors de la phase de poules.
Une telle sortie de la compétition rappellerait celle de l'Euro 2022, contre la Suisse.

Après un premier tour maîtrisé, malgré une défaite surprenante mais sans impact face à la Tunisie (0-1), les Bleus se dirigent tranquillement vers un huitième de finale face à la Pologne (dimanche 4 décembre à 16h, sur TF1 et TF1info). Et s'ils sont favoris de la rencontre, les partenaires de Kylian Mbappé prennent tout de même soin de ne pas sous-estimer pas leur adversaire, notamment en ce qui concerne les tirs au but.

Un portier polonais redouté par les Bleus

En attestent les propos d'Antoine Griezmann, ce vendredi 2 décembre en conférence de presse, sur le prochain adversaire des Bleus dans cette Coupe du monde au Qatar, notamment sur les penalties. Un domaine dans lequel le portier polonais, Wojciech Szczęsny, s’est démarqué en repoussant deux tentatives lors de la phase de poule. "On ne va pas donner d’informations à Szczęsny, il a déjà arrêté deux penalties. Pour le troisième, s’il y en a un, il aura la surprise du tireur", a déclaré Antoine Griezmann face à la presse. 

D'autant que contre les Bleus, la formation polonaise semble viser la séance de tirs aux buts. C'est en tout cas ce que semblent montrer leurs derniers entrainements dans ce mondial, à quelques jours des huitièmes de finale.

Lire aussi

L'objectif, pour Antoine Griezmann et les siens, sera donc de ne pas revivre le même scénario que lors de l’élimination face à la Suisse à l’Euro 2020  (3-3 a.p., 5-4 t.a.b). Un scénario cruel qui s'était donc joué aux tirs au but. "Il faut passer à autre chose après la Suisse mais cela va peut-être nous servir à rester concentrés au début du match. Rien n'est acquis pendant le match, que l'on soit devant ou menés", a-t-il ajouté.

L’attaquant aux 113 sélections en avec les Bleus est aussi revenu plus largement sur l'adversaire que représente la Pologne, et sur l’enjeu de la rencontre. "Favori ou non, on doit être focus sur nous et garder l'état d'esprit des deux premiers matchs. La Pologne, cela va être compliqué, ce ne sera pas un match facile. On n'est pas en quarts, on a un huitième à jouer. On peut perdre contre n'importe qu'elle équipe. Il faut bien défendre et bien attaquer", a déclaré "Grizou", à deux jours d'un match capital.


Dylan VEERASAMY

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info