"Je l'encourage à parler" : Novak Djokovic sommé d'expliquer le motif de sa dérogation médicale

Publié le 5 janvier 2022 à 11h12, mis à jour le 14 janvier 2022 à 14h12

Source : TF1 Info

POLÉMIQUE - Après s'être vu attribuer une exemption médicale pour participer à l'Open d'Australie, car non vacciné, Novak Djokovic a été prié de s'expliquer au plus vite. Le numéro 1 mondial a même été menacé d'être expulsé "par le premier avion", si cette dérogation n'est pas justifiée.

Pour quel motif Novak Djokovic a-t-il obtenu une dérogation ? Au lendemain de l'annonce de l'exemption médicale accordée au numéro 1 mondial, non vacciné, pour pouvoir participer à l'Open d'Australie, la raison de ce choix demeure floue. Une décision inexpliquée que The Courriel-Mail a épinglée, à coups de jeux de mots. 

À la Une de son édition papier du mercredi 5 janvier, le quotidien, basé à Brisbane, a titré "No-vax", en référence au prénom du Serbe, accompagné de la mention "You must be Djoking" (que l'on peut traduire en français par "Vous devez plaisanter"), pour s'indigner de ce qui est perçu comme un traitement de faveur.

Une incompréhension qui va bien au-delà de la presse, alors que l'Australie a mis en place les restrictions parmi les plus strictes au monde depuis le début de la pandémie de Covid-19. En effet, les organisations du premier Grand Chelem de la saison exigeaient que les joueurs et les joueuses soient vaccinés pour pouvoir prendre part au tournoi. Or, en attribuant cette exemption médicale, sans en préciser la raison exacte, cela amène à penser que, sans aller jusqu'à un passe-droit, il y a eu a minima de la complaisance à l'égard de Novak Djokovic, qui s'est toujours gardé de dévoiler son statut vaccinal contre le virus.

"Il n'y a pas eu de faveur spéciale"

Ce que réfute le patron du tournoi Craig Tiley, qui est aussi le président de la Fédération australienne de tennis. "Toute personne remplissant les conditions a été autorisée à entrer. Il n'y a pas eu de faveur spéciale. Il n'y a pas eu de traitement spécial accordé à Novak", a-t-il assuré, mercredi 5 janvier. Par souci de transparence, il a toutefois exhorté "Nole" à révéler le motif de cette dérogation. "Ce serait certainement utile si Novak expliquait les conditions dans lesquelles il a demandé et obtenu une exemption", a ajouté le patron de Tennis Australia. "Je l'encourage à parler de cela à la communauté... Nous avons traversé une période très difficile au cours des deux dernières années et j'apprécierais certaines réponses à cela."

Une position partagée par le gouvernement australien. "Toute personne cherchant à entrer en Australie doit se conformer à nos strictes exigences frontalières", a appuyé la ministre australienne de l'Intérieur Karen Andrews, rappelant qu'il reviendra aux autorités de juger ou non de la recevabilité du motif. 

Le Premier ministre Scott Morrison a ainsi appelé le joueur de 34 ans, qui pourrait invoquer le secret médical, à montrer patte blanche pour pouvoir entrer sur le sol australien. "S'il n'est pas vacciné, il devra apporter une preuve acceptable qu'il ne peut pas l'être pour des raisons médicales afin de pouvoir voyager dans les mêmes conditions que les personnes vaccinées. (...) Si cette preuve n'est pas suffisante, il sera traité comme tous les autres (non-vaccinés)", a-t-il affirmé, rapporte la télévision publique SBS. "Il retournera chez lui par le premier avion. Il n'y aura aucune règle spéciale. Pas la moindre."


Yohan ROBLIN

Tout
TF1 Info